Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Les clients d'un supermarché de Montpellier s'arrachent les téléviseurs, la police doit intervenir

Scène surréaliste ce mercredi soir au supermarché Casino du centre commercial Odysseum à Montpellier. La police a dû intervenir pour arbitrer un différend entre 150 clients et la direction du magasin au sujet du prix de téléviseurs !

Le prix affiché correspondait à 10% du prix initial
Le prix affiché correspondait à 10% du prix initial © Maxppp - Stéphane Doussot

Montpellier, France

Il est 18h ce mercredi soir, quand les services de la Direction de la Sécurité Publique de l'Hérault sont alertés par le PC sécurité du supermarché Casino du centre commercial Odysseum. 150 clients du magasin refusent en effet de quitter les lieux. Le ton est en train de monter aux caisses. La tension est vive.

L'objet du litige : le prix des téléviseurs sur lesquels se sont en effet précipités ces clients. Un prix affiché qui correspond à 10% du prix initial. Soit un rabais de 90% ! Du jamais vu. L'information a vite circulé sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter ce mercredi matin, des clients, présents mercredi soir au supermarché, évoquent même un prix affiché à 30 euros pour un téléviseur valant normalement 700 euros.

L'auteure du tweet, Anne-Sophie, a vécu la scène hier soir. « J'y étais par hasard, pour acheter une machine à café, et j'ai commencé à remarquer que des gens portaient plusieurs cartons de télés, raconte-t-elle, alors j'ai voulu vérifier et effectivement elle étaient vendues au prix de 31 euros au lieu de 700 ». Elle veut s'assurer que la promo est la bonne, elle passe le code-barres à une borne, qui affiche en fait le prix fort. « J'ai fait comme les autres clients, j'ai arraché l'étiquette pour le montrer à la caisse. » Elle en profite pour attraper aussi un autocuiseur et un ordinateur, affichés à 22 et 54 euros.

Anne-Sophie, une cliente qui a tenté sa chance pour acheter de l'électroménager

Une fois qu'ils se sont aperçus de l'erreur, les responsables du magasin ont vite rétabli le prix réel et donc demandé aux acheteurs de régler la bonne somme, ce que la totalité d'entre eux ont catégoriquement refusé, invoquant la loi de protection des consommateurs. Anne-Sophie décide tout de même de rester devant les caisses, bien décidées à repartir avec des produits à prix cassés. 

Blocage

Des policiers de la BAC et de Police Secours ont donc été dépêchés sur place, à la demande des responsables du magasin, pour ramener le calme aux caisses du supermarché. « Vers 22h, les esprits commençaient à s'échauffer, les clients voulaient payer leurs articles, mais les caisses étaient bloquées », raconte Anne-Sophie. 

Cette affaire a fini par se régler aux alentours de 1h du matin. 

Selon la Direction de la Sécurité Publique de l'Hérault, des clients auraient accepté de se voir remettre des attestations individuelles leur permettant de porter ensuite réclamation auprès de la direction du groupe Casino, mais sans doute après avoir payé le prix fort !

Casino dans son bon droit

Ce mercredi, la direction du groupe Casino confirme les incidents de la veille et évoque "une erreur d'affichage due à un problème informatique". En fait, il manquait un chiffre sur les étiquettes : « Un produit à 305,50 euros était affiché à 30,50 », explique la direction. Elle dément aussi toute rumeur qui affirme que des clients auraient pu acheter ces produits à prix imbattables : « C'est impossible, les prix en caisse étaient bien ceux d'origine, _il est impossible qu'un client ait pu repartir avec une télévision à 30 euros_. » Légalement, l'enseigne aurait également pu être attaquée pour « concurrence déloyale », si ces prix avaient vraiment été appliqués : « Ils n'étaient pas du tout conformes aux prix d'achat, nous aurions vendu à grosse perte. »

Selon Claude Gaubert, un des responsables de l'association UFC Que Choisir à Montpellier, la direction de l'hypermarché était dans son droit.

_"_Quand le prix affiché est manifestement erroné et ne correspond pas à la valeur réelle du bien, le vendeur est en droit de dire qu'il a commis une erreur et donc de ne pas faire payer le prix affiché" précise-t'il à notre demande.

Claude Gaubert, un des responsables de l'association UFC Que Choisir

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu