Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les commerçants et les habitants inquiets après la fusillade dans le quartier Figuerolles à Montpellier

lundi 4 juin 2018 à 19:00 Par Claire Moutarde, France Bleu Hérault

Après la fusillade de dimanche soir rue Daru et plan cabane à Montpellier, les commerçants sont inquiets pour la sécurité du quartier. Une pétition a été lancée et certains d'entre eux attendent que la police intervienne davantage.

illustration de trafic de cigarette à Paris
illustration de trafic de cigarette à Paris © Maxppp - F DUGIT

Montpellier, France

Les habitants de plan cabane et de la rue Daru ont été nombreux à appeler la police dimanche soir vers 22 heures. Ils ont entendu des coups de feu et de nombreuses personnes armées de bâtons et de couteaux.

Les policiers sont arrivés sur place rapidement mais tout le monde était déjà parti. Ils ont retrouvé rue Daru six douilles et des traces de sang au sol.  Les agents de la police scientifique et technique ont réalisé des prélèvements dès dimanche soir. Ils espèrent notamment pouvoir retrouver des ADN. Les enquêteurs vont auditionner les témoins et visionner les images des caméras de surveillance.

Les témoins évoquent une quarantaine de personnes présentes au moment de la bagarre.

Il pourrait s'agir de règlements de compte de bandes rivales sur fond de trafic de cigarettes de contrebande.

Thierry Alazar est buraliste rue Daru depuis 23 ans et il n'est pas étonné par ces événements. Selon lui, il faudrait un commissariat dans le quartier Figuerolles pour permettre une présence policière au quotidien.

Thierry Alazard, buraliste de la rue daru à Montpellier - Radio France
Thierry Alazard, buraliste de la rue daru à Montpellier © Radio France - Claire Moutarde

"Notre clientèle commence à se fatiguer d'être harcelée sans arrêt. Les clients se sentent les rois du quartier. Il faut leur mettre les points sur i. Moi j'ai déjà pris un coup de couteau. Mais ce n'est pas à moi de faire la police".

Un peu plus loin, c'est une autre commerçante qui était présente au moment de la fusillade mais qui préfère rester anonyme par peur des représailles.

"J'ai eu très peur. On a entendu les balles. C'est difficile de ne pas avoir une balle perdue. On a rentré notre marchandise. Le quartier c'est difficile, les insultes. Là c'est grave, j'aimerais que ça change. Quand ça s'est passé, je me suis dit pourquoi j'ai acheté ici. On regrette parce qu'on risque notre vie".

Le syndicat Alliance Police demande des renforts supplémentaires à Montpellier dans le cadre de la mise en place de la PSQ, la Police de Sécurité du Quotidien. Montpellier attend 21 fonctionnaires de police. Il en faudrait 80 de plus selon le syndicat.