Faits divers – Justice

Les coqs d'une habitante de Mussidan empêchent les voisins de dormir

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord dimanche 11 septembre 2016 à 17:00

Les deux coqs de Marie-Paule gambadent dans leur poulailler.
Les deux coqs de Marie-Paule gambadent dans leur poulailler. - Crédit photo Radio France

A Mussidan, en Dordogne, le chant de deux coqs est au cœur d'un litige de voisinage. Chaque matin, le voisin de Marie-Paule se dit être réveillé à 4h30 par les animaux. Il a envoyé un courrier via un conciliateur de justice aux propriétaires des coqs.

A Mussidan, les coqs se lèvent très tôt. A 4h30 chaque matin, le voisin de Marie-Paule est réveillé par le cocorico des deux animaux. "En ce moment, nous n'habitons même plus chez nous, c'est impossible de dormir et d'être en forme pour aller travailler dans ces conditions", précise-t-il.

Un courrier surprenant

En juillet dernier, le voisin a donc saisi la mairie de sa commune pour tenter de régler ce litige. Un mois et demi plus tard, Marie-Paule et son compagnon reçoivent dans leur boîte aux lettres un courrier qui les surprend, où il est précisé que s'ils veulent "éviter une procédure longue et coûteuse", il serait préférable que leurs coqs "ne gênent pas [leur] entourage."

Marie-Paule était d'autant plus surprise par le courrier, que jamais, selon elle, son voisin n'était venu lui parler en face. Ecoutez-la au micro France Bleu Périgord :

ECOUTER | Marie-Paule revient sur son litige entre voisins

Jamais on ne les a entendus, on n'avait aucune relation avec nos voisins avant de recevoir cette lettre, on se disait juste bonjour
— Marie-Paule, propriétaire des deux coqs

Trouver une famille généreuse pour les coqs

Ce que reproche finalement Marie-Paule à ses voisins c'est de ne pas être venus lui parler directement. "Ça ne coûte rien d'être un bon voisin et de trouver un arrangement à l'amiable au lieu de nous mettre comme ça dans une urgence vis-à-vis des animaux", justifie-t-elle.

Selon le voisin, c'est le médiateur de la mairie qui lui a conseillé de ne pas leur parler directement. Il lui aurait été dit qu'il valait mieux que la mairie se charge de trouver un arrangement avec les propriétaires des coqs, en les prévenant par courrier.

J'ai juste demandé à ce qu'on les enferme ces coqs pour qu'ils ne fassent pas de bruit avant 8 heures le matin
— le voisin de Marie-Paule

"Mon mari est très proche de ses animaux, c'est un homme très proche de la nature, il n'accepterait pas que l'on fasse du mal aux animaux de la maison", insiste Marie-Paule. Pour elle, la solution serait de trouver _"une famille généreuse pour pouvoir accueillir ses deux coqs." Dans le cas contraire, le couple songe à déménager, "plus à la campagne."_

Fin septembre, Marie-Paule et son compagnon ont rendez-vous avec le médiateur de la mairie de Mussidan pour trouver une solution et éviter que le litige de voisinage n'aille plus loin en justice.

EXPLICATIONS | Le voisin de Marie-Paule se dit dérangé par le cri des coqs très tôt le matin