Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les CRS de Limoges voient rouge et manifestent devant leur caserne

lundi 31 juillet 2017 à 10:50 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Une quarantaine de policiers de la CRS 20 de Limoges ont manifesté ce lundi matin devant les grilles de leur caserne. Ils déplorent le manque de reconnaissance de leur administration et dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail et de leur pouvoir d'achat.

Une quarantaine de CRS ont manifesté devant leur caserne ce lundi à Limoges
Une quarantaine de CRS ont manifesté devant leur caserne ce lundi à Limoges © Radio France - Jérôme Edant

Limoges, France

Juste avant leur prise de service, une quarantaine de fonctionnaires de la CRS 20 de Limoges se sont rassemblés devant les grilles de leur caserne, près d'Ester Technopôle, à l'appel du syndicat Alliance.

Première raison de leur colère : la fiscalisation de leur prime de déplacement. C'est une goutte d'eau qui fait déborder le vase, car les CRS y perdront du pouvoir d'achat et y voient un manque de reconnaissance de leur administration malgré la multiplication des missions dans le cadre de l'état d'urgence et du plan Vigipirate.

Certains ramènent la gale dans leur famille

A cela s'ajoute, selon les responsables du syndicat Alliance, la dégradation des conditions de travail : matériel et véhicules vieillissants, conditions sanitaires déplorables dans certains baraquements lors des déplacements, etc... "Dans d'autres compagnies, certains collègues ont même ramené la gale dans leur compagnie et dans leurs familles !" déplorent les délégués syndicaux, "et lorsque nous sommes au contact de migrants dans des conditions sanitaires dégradées, nous n'avons pas de protection suffisante".

Les CRS attendent également un renfort de leurs effectifs. A long terme, il devrait venir car le recrutement dans les écoles de police a été augmenté, mais les compagnies en verront les effets dans 18 mois seulement. C'est manifestement trop long face au surmenage actuel des équipes.