Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les dealers des Chaillots à Sens réalisaient en moyenne 5000 euros par jour de chiffre d'affaires

-
Par , France Bleu Auxerre

5000 euros par jour, voilà le chiffre d'affaires que réalisaient les revendeurs de cannabis dans le quartier des Chaillots à Sens dans l'Yonne. Après quatre jours de garde à vue, onze Sénonais, âgés de 19 à 25 ans, soupçonnés d'être les organisateurs de ce trafic ont été déférés au parquet.

L'opération de police menée lundi 7 juin 2021 dans le quartier des Chaillots à Sens a permis d'interpeller onze hommes suspectés d'être les organisateurs du trafic de cannabis
L'opération de police menée lundi 7 juin 2021 dans le quartier des Chaillots à Sens a permis d'interpeller onze hommes suspectés d'être les organisateurs du trafic de cannabis © Radio France - Renaud Candelier

Ils sont âgés de 19 à 25 ans, certains domiciliés dans le quartier où ils vendaient du cannabis. Onze de ces Sénonais ont été déférés au parquet de Sens (Yonne) cette semaine. Trois ont déjà été condamnés au titre du plaider-coupable à des peines allant de 10 à 12 mois de prison ferme. Huit autres ont été placés en détention provisoire et seront jugés le 29 juillet à Sens, pour ce trafic de cannabis qui avait pris une grande ampleur. 

"On a constaté que les dealers pouvaient s'adapter au confinement et faire des livraisons" - Arnaud Laraize, procureur de la République de Sens

Des acheteurs de cannabis venus d'Île-de-France

5000 euros, c'est le chiffre d'affaire par jour que réalisait ce point de deal. Autrement dit au moins une centaine de clients quotidiens. Des clients venus de toute l'Yonne et même de plus loin indique Arnaud Laraize, procureur de la république de Sens : "nous avions même des personnes qui venaient de région parisienne attirés par les prix pratiqués." Les prix mais aussi la qualité. Du cannabis, parfois très concentré en THC, importé d'Espagne en dépit des différents confinements. Un trafic qui a même prospéré sur la crise sanitaire selon le représentant du parquet : "c'est un phénomène qui s'est développé surtout à la fin de l'année 2019. Et en 2020, à l'aune des différents confinements, déconfinements et une consommation de produits stupéfiants qui a fortement augmenté."

"Il y a nécessairement des liens entre les violences urbaines et le trafic de produits stupéfiants" - Arnaud Laraize, procureur de la République de Sens

Un lien établi avec les violences urbaines de samedi dernier

Et pour faire face aux restrictions de circulation, les dealers avaient développé la livraison à domicile. Ce trafic a été démantelé deux jours après des violences urbaines particulièrement graves. Le procureur de la république n'hésite pas à établir un lien entre les deux. Pour l'instant, aucune interpellation n'a eu directement en lien avec les violences urbaines de samedi dernier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess