Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Football : les députés adoptent une proposition de Loi "anti-hooligans"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu
Le Havre, France

Hasard du calendrier, cinq jours après les incidents entre supporters lensois et forces de l'ordre, survenus lors du match Le Havre - Lens, en Ligue 2, l'Assemblée Nationale a adopté ce jeudi après midi une proposition de Loi "anti-hooligans".

les ultras dénoncent le texte de Guillaume Larrivé
les ultras dénoncent le texte de Guillaume Larrivé - Emmanuel Lelaidier

Une proposition de Loi pour renforcer la lutte contre le hooliganisme. Voilà ce sur quoi les députés français étaient amenés à plancher ce jeudi. Le texte, déposé par le député (LR) de l'Yonne, Guillaume Larrivé, vise à "mieux assurer la sécurité lors de manifestations sportives", notamment en vue de l'Euro 2016, qui se disputera en juin prochain, en France. 

Le débat devant le Parlement, hasard du calendrier, intervenait 5 jours seulement après les graves incidents survenus à l'occasion du match entre Le Havre et Lens, en Ligue 2. Des affrontements entre une minorité de supporters lensois et les forces de l'ordre, puis des dégradations dans le Stade Océane (85 sièges arrachés par ces mêmes supporters), qui renforcent, selon Guillaume Larrivé, la nécessité de légiférer. 

Bertrand Queneutte

Les clubs pourraient "ficher" leurs supporters

Ainsi, parmi les propositions : l'allongement de la durée des interdictions de stade jusqu'à 36 mois. Mais surtout, l'autorisation pour les clubs de "ficher" des supporters, avec la mise en place d'un "traitement automatisé des données", et par conséquent de pouvoir leur interdire directement l'accès sans passer par la case Justice.  Une proposition de Loi qui provoque la colère de ces derniers. Pour certains groupes d'ultras, le texte mais également les autorités et les dirigeants du foot français ne souhaitent qu'une chose : les museler, les diaboliser, les criminaliser

Aurélien Hache : On a tous peur des dérives

Aurélien Hache, membre et ancien président du Kop des Barbarians Havrais, craint des dérives de la part des clubs : 

Aurélien Hache, ancien président du Kop des Barbarians Havrais

Edouard Philippe, député maire du Havre : Le problème, ce ne sont ni les supporters ni les ultras. Ce sont les casseurs.

Présent au Stade Océane, lors de Le Havre  - Lens, Edouard Philippe, député maire du Havre, approuve la principale mesure et réfute d'éventuels excès et dérives de la part des clubs, craintes et dénoncés par les groupes de supporters ultras : 

Edouard Philippe est favorable à l'adoption de la Loi anti-hooligans

Guillaume Larrivé, lui, est persuadé du bien fondé de toutes ces mesures. Pour convaincre, le député va même jusqu'à évoquer, dans sa proposition de Loi, la "tentative d'homicide" survenue lors du match entre le TFC Canteleu et l'EFE Elbeuf, ce dimanche, en Normandie. Seulement, rien n'indique pour le moment que des supporters soient impliqués dans cette affaire. Il s'agirait au contraire de la conclusion dramatique d'une querelle entre joueurs.

Le HAC porte plainte !

Le préjudice dû aux dégradations perpétrées dans le Stade Océane lors du match entre Le Havre et Lens, avec notamment près de 85 sièges arrachés, a été chiffré par les club havrais. Il serait compris entre 15 et 20.000 euros. Les dirigeants ont d'ailleurs porté plainte. L'analyse des vidéos (5 à 6h de bande) est toujours en cours afin d'identifier les responsables et d'engager contre eux des poursuites. Pour l'heure, 4 "lensois" font l'objet d'une procédure pour violences et/ou détention de fumigène dans l'enceinte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess