Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Les détenus peuvent traverser les murs" à la prison de Grasse selon Hervé Segaud, délégué FO Pénitentiaire

-
Par , France Bleu Azur

Le syndicat FO Pénitentiaire dénonce sur France Bleu Azur l'absence de travaux dans la prison de Grasse un an après que des jeunes ont "traversé les murs".

Hervé Segaud, délégué FO dans le studio de France Bleu Azur Matin
Hervé Segaud, délégué FO dans le studio de France Bleu Azur Matin © Radio France - Radio France

Grasse, France

Il y a tout juste un an, sept jeunes détenus de la prison de Grasse avaient creusé des trous dans huit cellules en jouant les passes-murailles pour s'en prendre à un jeune prisonnier de 17 ans. Un an après les faits, les travaux n'ont toujours pas été entrepris au sein de la prison, selon Hervé Segaud délégué FO des surveillants. Pire, il affirme que si demain des détenus voulaient traverser les cellules, ils pourraient à nouveau y parvenir. 

"Un an après, les murs sont toujours en carton." Hervé Segaud, délégué FO surveillants Grasse. 

Le syndicat dénonce des malfaçons, les murs sont en fait des parpaings d'à peine dix centimètres d'épaisseur. Il faudrait donc entreprendre des travaux plus conséquents pour consolider la structure. Toutefois le syndicat explique qu'il ne s'agit que des murs internes et pas des murs d'enceinte. 

Et l’enquête ? 

Le parquet de Grasse avait été saisi il y a un an et une enquête ouverte pour déterminer si une erreur professionnelle de surveillance n'était pas aussi à l'origine de l'incident.  L’enquête a dédouané les agents : "Aucune faute ne peut leur être reprochée", selon Hervé Segaud.  

"Les surveillants n'ont rien entendu car on manque de moyens, de surveillants et on ne peut pas être derrière chaque cellule." Hervé Segaud. 

Il manque, selon le syndicat, 20 agents pénitentiaires pour fonctionner normalement à la prison de Grasse.