Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les deux évadés de la prison de Colmar condamnés à trois ans de prison ferme

jeudi 2 août 2018 à 18:04 - Mis à jour le jeudi 2 août 2018 à 20:56 Par Blandine Costentin et Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu Nord et France Bleu

Les deux frères qui s'étaient évadés de la maison d'arrêt de Colmar en début de semaine, ont été condamnés à trois ans de prison ferme. Le père qui les avait emmenés jusqu'à Roubaix en voiture, le lieu de leur interpellation, a été condamné à un an de prison sans maintien en détention.

Les toits de la maison d'arrêt de Colmar
Les toits de la maison d'arrêt de Colmar © Maxppp - Thierry GACHON

Colmar, France

Les deux frères, originaires des pays de l'est qui s'étaient évadés lundi matin, de la maison d'arrêt de Colmar, ont été condamnés tous les deux à trois ans de prison ferme. Décision ce jeudi soir du tribunal correctionnel de Colmar. 

Leur père, âgé d'une soixantaine d'années, qui les avait conduit d'Ostheim à Roubaix a été condamné à un an de prison, sans maintien en détention. La sœur qui les avait hébergés à Roubaix, le lieu de leur interpellation, mardi soir, a été relaxée. 

Une évasion rocambolesque 

C'est à quelques mètres des lieux de leur évasion que les deux individus ont été  jugés. Les détenus, deux frères, qui avaient fui par les toits de la maison d'arrêt de Colmar dans la nuit du 29 au 30 juillet, comparaissaient pour cette cavale d'à peine deux jours dans le palais de justice qui jouxte la prison. Ils avaient été arrêtés mardi, en compagnie de leur père et de leur soeur, à Roubaix dans le nord

Les deux frères ont expliqué à la barre qu'ils avaient eu l'idée tous les deux de cette évasion quand ils ont changé de cellule. Privé de parloir aussi pendant plusieurs mois pour l'un d'entre eux, il n'en pouvait plus de l'enfermement. Après des tests de solidité, ils ont vu que le plafond de leur cellule était vulnérable, ils ont alors percé le trou grâce à des morceaux de bois et des pieds de table. Puis ils sont passés par un câble de gaine, ils ont enlevé les tuiles du toit et réussi à se faufiler dans trente centimètres de trou. 

Je pense que cette peine de trois ans de prison ferme est assez sévère, il y a eu un amalgame avec une récent évasion en hélicoptère ," Maitre Frédérique Kessler, l'avocate d'un des deux frères 

La réaction de Maître Frédérique Kessler, avocate d'un des frères

Le détecteur de présence de la prison ne s'est pas déclenché, une chance pour eux. Une enquête est d'ailleurs ouverte par l'administration pénitentiaire pour savoir pourquoi. Le résultat de cette enquête de l'Inspection générale de la justice est attendu dans deux semaines.

Ils sont ensuite descendus du toit par une corde de draps noués. Les deux hommes, âgés de 27 et 38 ans, purgeaient déjà des peines de quatre et cinq ans, pour des vols en réunion. 

Une arrestation éclair 

Une fois sortis vers 3h40 de la maison d'arrêt de Colmar, ils ont appelé leur père, en expliquant qu'ils avaient été libérés  et que ce dernier devait venir les chercher pour aller sur Roubaix, chez leur sœur. Le père les a récupérés à Ostheim -à une trentaine de kilomètres de Colmar- jusqu'à Roubaix. 

Il a affirmé qu'il n'était pas au courant de leur évasion et qu'il ne l'avait apprise qu'à l'arrivée dans le nord. Il était très en colère. Leur sœur comparaissait pour les avoir hébergés. 

Ils ont été interpellés 36 heures, après leur cavale, dans la maison de leur sœur à Roubaix mardi soir vers 17h30 , grâce à une enquête éclair, menée par l'antenne mulhousienne de la police judiciaire, appuyée de leurs collègues de Lille. 

Après leur condamnation à trois ans de prison ferme, les deux détenus ont été incarcérés à Strasbourg et à Épinal. 

Cette décision vient couronner le travail de la police judiciaire . Il y a eu une grosse mobilisation, une  issue jouée en 36 heures, c'est extrêmement rapide", Emmanuel Toison , le substitut du procureur de la République de Colmar 

La réaction d'Emmanuel Toison, substitut du procureur de la République de Colmar