Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les deux inventeurs marseillais de l'e-cigarette au chanvre condamnés à de la prison avec sursis

lundi 8 janvier 2018 à 12:12 Par Emilie Briffod, France Bleu Provence et France Bleu

Sébastien Beguerie, 33 ans, et Antonin Cohen-Adad, 31 ans, ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel de Marseille à 18 et 15 mois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende chacun. Fin 2014, les deux hommes ont inventé "Kanavape", une cigarette électronique au chanvre.

E cigarette (photo d'illustration)
E cigarette (photo d'illustration) © Maxppp -

Marseille, France

Leur histoire a débuté en 2014. Les deux trentenaires créent "Kanavape", une e-cigarette qui permet de consommer du cannabidiol (CBD), l'une des molécules du cannabis. 

Mais une interview accordée au média Vice les place dans le viseur de l’ordre des pharmaciens. "Dans leur discours, il y a des allégations thérapeutiques, une confusion organisée", déclare alors l'avocat de l'ordre des pharmaciens, Maître Jean-François Laigneau.

Condamnés à de la prison avec sursis

Sébastien Beguerie a été condamné par le tribunal correctionnel de Marseille à 18 mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende.  

Antonin Cohen-Adad a lui été condamné à 15 mois avec sursis et 10.000 euros d’amende également. 

Ces peines seront, contrairement à leurs demandes, bien inscrites sur leurs casiers judiciaires et devront même être publiées dans le quotidien Le Monde et dans Le Quotidien des pharmaciens. Les deux jeunes entrepreneurs devront payer solidairement 5.000 euros de dommages et intérêts à l’ordre des pharmaciens.

Le duo a en revanche été relaxé pour la provocation à l’usage illicite de produits stupéfiants.