Faits divers – Justice

Les deux jeunes femmes dont les compagnons ont été agressés à Toulon ne portaient pas de short

Par Thibault Maisonneuve et Sophie Glotin, France Bleu Provence et France Bleu vendredi 9 septembre 2016 à 15:41

Police (photo d'illustration)
Police (photo d'illustration) © Maxppp -

L'une des deux femmes dont les compagnons ont été roués de coups dimanche à Toulon alors qu'ils revenaient d'une balade en roller et à vélo affirme qu'elle ne portait pas de short mais un jogging. Sa soeur était en legging. Deux agresseurs présumés de 17 et 19 ans ont été écroués mardi.

Les deux femmes dont les compagnons ont été violemment frappés dimanche à la cité des Oeillets à Toulon ne portaient pas de shorts mais un jogging et un legging, confirme l'une des jeunes femmes à France Bleu Provence et qui témoignera lundi matin à 7H20.

Personne n'était en short

"Personne n'était en short" explique la jeune femme de 30 ans. "Ma soeur était en jogging, et moi j'étais en legging avec des chaussettes montantes, des genouillères, des coudières et une casquette. Pas de shorts", insiste-t-elle dans Var Matin. Le procureur de la République à Toulon Bernard Marchal avait évoqué mardi une agression sexiste déclenchée par une "provocation à caractère sexuel pour susciter la réaction des hommes".

Une scène qui dégénère très vite

Alors qu'ils revenaient d'une balade de deux heures en roller et à vélo, les deux hommes ont été violemment agressés par des jeunes qui venaient d'insulter leurs compagnes. Le groupe d'agresseurs avait demandé à ces jeunes femmes qui étaient également accompagnées d'enfants âgés de 10 à 14 ans de "se mettre toute nue". Les maris étaient alors intervenus avant d'être violemment frappés.

"Mon mari lui a indiqué de mieux nous parler. Que nous étions des madames. L'individu qui était avec d'autres jeunes en train de boire et de fumer des joints a répondu en narguant: "C'est pas des madames, mais des putes", raconte l'une des femmes à Var Matin. Son mari âgé de 33 ans est alors roué de coup. Il était inconscient quand les pompiers sont arrivés. Il a eu 30 jours d'ITT. Son beau-frère qui a tenté de s'interposer a eu 10 jours d'ITT.

D'autres jeunes recherchés

Deux agresseurs présumés de 17 et 19 ans ont été interpellés mardi et écroués. Une information judiciaire a été ouverte. L'enquête se poursuit pour identifier les autres jeunes impliqués dans cet acte de violence gratuite.

Partager sur :