Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les deux jeunes soupçonnés d'agressions à Romans devant la justice

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Soupçonnés de cinq agressions sur des passants âgés de 62 à 73 ans, les 12 et 16 juin dernier à Romans-sur-Isère, étaient convoqués devant la justice ce vendredi. L'un a été placé sous contrôle judiciaire, le second est en détention provisoire jusqu'à la nouvelle date de son procès le 22 juillet.

Le tribunal de grande instance de Valence - photo d'illustration
Le tribunal de grande instance de Valence - photo d'illustration © Radio France - Stéphane Milhomme

Deux jeunes romanais ont été interpellés ce jeudi, pour cinq agressions sur des passants à Romans-sur-Isère (Drôme). L'un âgé de 17 ans a été présenté à un juge pour enfants. Le second, tout juste majeur, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Valence, pour vols et tentatives de vols aggravés. 

Cinq passants âgés de 62 à 73 ans ont été agressés rue Simone Abbat à Romans. Les auteurs présumés avaient les visages dissimulés, capuches rabattues sur la tête et visages masqués par un foulard. Mais surtout, ils ont braqué une arme sur les victimes pour leur dérober sac à main, carte bancaire et téléphone. L'une des victimes a été projeté au sol, ce qui a entraîné une interruption temporaire de travail de moins cinq jours, une autre a réussi à fuir et à jeter son sac dans la rivière. 

L'arme utilisée est semble-t-il factice. Elle n'a pas été retrouvée lors de la perquisition menée ce vendredi matin, chez l'un des agresseurs présumés, le mineur. Il est considéré comme le meneur. Ce dernier nie tous les faits. Le juge pour enfants le place sous contrôle judiciaire, avec obligation de pointer au commissariat tous les jours, un couvre-feu de 20 heures à 7 heures du matin. Et enfin, l'interdiction d'entrer en contact avec son ami. Ce, jusqu'à sa prochaine comparution au tribunal pour enfants, aucune date n'est fixée pour l'heure. 

Le jeune majeur demande pardon aux victimes

Son ami qui est tout juste majeur, comparaissait donc comme les adultes, devant le tribunal correctionnel de Valence. Il reconnaît deux des agressions, il n'a pas contesté non plus la description qui en a été faite. Ce jeune originaire d'une famille en difficulté était pris en charge par des éducateurs depuis un an et demi, avant ses 18 ans. Il a été placé en liberté surveillé préjudicielle pour rébellion. Le suivi depuis sa majorité s'est distendu. Deux éducatrices sont venues plaider sa cause au tribunal : il part de loin, mais tente de s'en sortir. Ce jeune était en classe segpa, il vient de passer un CAP en restauration, ses stages se sont bien passés. L'une d'elle souligne qu'il a fait une demande de protection de jeune majeur et qu'il a effectivement encore besoin d'un encadrement. 

C'est justement pour cette raison que le tribunal a décidé de maintenir en détention provisoire, afin qu'il ne récidive pas jusqu'à la nouvelle date de son procès, le 22 juillet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess