Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les deux zadistes interpellés sur le chantier du contournement de Beynac seront jugés le 26 mars

vendredi 23 novembre 2018 à 20:52 Par Antoine Denéchère, France Bleu Périgord

Jérémy et Arnold avaient été arrêtés cette semaine par les gendarmes après être entrés dans le chantier du contournement routier de Beynac et interrompu les travaux. Ils sont sortis de garde à vue ce vendredi et sont placés sous contrôle judiciaire. Ils seront jugés en mars 2019.

ZAD ("zone à défendre") installée près du chantier de la déviation de Beynac
ZAD ("zone à défendre") installée près du chantier de la déviation de Beynac © Radio France - Caroline Pomès

Dordogne, France

Leur garde à vue s'est terminée à la mi-journée ce vendredi. Les deux opposants à la déviation de Beynac, en Dordogne, sont ressortis libres. Le premier, Arnold, avait été arrêté mercredi par les gendarmes près d'un pont en construction. Le second, Jérémy, était descendu de lui même d'une grue située sur le chantier jeudi matin, à Saint-Vincent-de-Cosse, avant d'être interpellé : il y était resté perché, à quinze mètres de haut, durant six jours, en signe de protestation et s'était rendu après avoir vu le dispositif de gendarmes mis en place.  

Les deux jeunes hommes sont libres, mais placés sous contrôle judiciaire jusqu'à leur procès le 26 mars 2019, indique le parquet de Bergerac. Ils seront poursuivis pour être entrés sur le chantier de façon illégale et avoir provoqué pendant une semaine l'interruption des travaux, menés sous l'égide du conseil départemental de la Dordogne. Joint par France Bleu Périgord, l'un des deux opposants a expliqué qu'il allait "continuer à se battre pour sauver la vallée de la Dordogne".