Faits divers – Justice

Les éleveurs gardois demandent la réouverture de l'abattoir d'Alès

Par Jérôme Plaidi, France Bleu Gard Lozère et France Bleu mercredi 4 novembre 2015 à 9:24

Frédéric Buisson éleveur à Saint-Julien-de-Cassagnas
Frédéric Buisson éleveur à Saint-Julien-de-Cassagnas © Radio France - Ludovic Labastrou

Une manifestation des éleveurs est prévue ce mercredi matin devant la mairie d'Alès. Dans le même temps, les défenseurs des animaux demandent la création d'une commission d'enquête sur les conditions d'abattage dans toute la France.

Un rassemblement des éleveurs et des autres professionnels de la filière gardoise de l'élevage organisent ce mercredi matin un rassemblement pour demander la réouverture immédiate de l'abattoir d’Alès. 

L'établissement alésien est fermé depuis le 14 octobre à la suite de la diffusion sur internet d'images particulièrement choquantes sur les conditions d'abattage des animaux. A l'origine de l'affaire , l'association de défense des animaux L214, qui a diffusé sur son site ces images filmées en caméra cachée, pendant dix jours, d'avril à mai 2015.

Une enquête est en cours

Une information judiciaire a été ouverte. L'enquête a été confiée à la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires avec la section de recherches de la gendarmerie de Nîmes. De son côté, le responsable de l'abattoir d'Alès a également porté plainte pour "atteinte à la vie privée par fixation ou transmission de l'image des personnes". 

Frédéric Buisson  est éleveur à Saint-Julien-de-Cassagnas (Gard). il était l'invité de France Bleu Gard Lozère ce mercredi.

Frédéric Buisson, éleveur gardois

Les défenseurs des animaux demandent la création d'une commission d'enquête

La campagne de pub s'affiche dans la presse régionale ce matin  : un appel aux députés et aux sénateurs pour demander une commission d'enquête sur les abattoirs en France. Cette campagne intervient 15 jours après la polémique autour des images très dures tournées dans l'abattoir d'Alès.

Des encarts dans la presse régionale

Sur ces encarts publicitaires apparaissent les noms de 90 personnalités qui ont signé ce manifeste : des artistes, comme Yves Duteil, des stars de la télé, comme Michel Drucker, des chercheurs, des universitaires, mais aussi des chefs d'entreprises très connues, comme Meetic ou Venteprivée.com. 

A l'origine de cette initiative, trois associations de défense des animaux : l'Alliance anti-corrida, l’œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoir et la SPA du Pays d'Arles.

La Nîmoise Claire Starozinski, présidente de l'Alliance anti-corrida, espère que la mobilisation d'un tel nombre de personnalités permettra d'aboutir très vite à des résultats.

Claire Starozinski

A voir aussi :