Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les élus du Jovinien inquiets pour leur brigade de gendarmerie

lundi 25 juin 2018 à 21:59 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

Ce lundi 25 juin, les maires de Joigny et de neuf communes alentour ont adressé un courrier à Gérard Collomb. Ils interpellent le ministre de l'Intérieur sur le sort de la brigade territoriale autonome, qui passerait de neuf officiers gradés... à seulement deux.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Maxppp

Joigny, France

À partir du mois d'août, la brigade du Jovinien comptera toujours 25 gendarmes, comme c'est le cas actuellement. Sauf qu'elle perdra sept militaires gradés, remplacés par des gendarmes moins qualifiés.

Avec le risque de voir se dégrader la qualité de service : "Un gradé, un OPJ (officier de police judiciaire est habilité à prendre votre plainte. Un gendarme qui n'est pas OPJ, ne peut pas faire cela", avertit Bernard Moraine, le maire de Joigny. Autrement dit, des missions réduites, donc "des enquêtes qui ne pourront pas être résolues, des interventions qui ne se feront pas. On est très inquiet là-dessus."

La gendarmerie promet des mesures rapides

Une inquiétude injustifiée, selon le colonel Rénald Boismoreau. "C'est vrai que la brigade de Joigny fait partie aujourd'hui des brigades qui ont des difficultés d'encadrement", reconnaît le commandant du groupement de gendarmerie de l'Yonne.

Pour autant, il tient à rassurer : "On va lancer d'ici quelques jours un appel à volontaires, sur l'ensemble des militaires de la région, pour qu'ils puissent postuler. On va également renforcer cette unité avec un gendarme de la brigade de recherches de Sens, d'ici le 15 juillet." Avec l'objectif d'avoir en tout quatre à cinq gradés pour encadrer la brigade de Joigny d'ici la rentrée de septembre.

Enfin, la brigade sera en parallèle déchargée d'une partie de ses missions par d'autres corps de gendarmerie : la brigade motorisée de Joigny (BMO) et le peloton de surveillance et d'intervention (PSIG).