Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les enfants "sans bras" du Morbihan sont plus nombreux que les seuls recensés à Guidel

mercredi 7 novembre 2018 à 6:47 Par Aurélie Lagain, France Bleu Breizh Izel, France Bleu et France Bleu Armorique

De nombreux parents d'enfants malformés sont venus assister à la réunion publique de Santé publique France à Guidel dans le Morbihan ce mardi soir. Leurs enfants ne sont pas pris en compte dans les statistiques de la commune, et pour cause, ils habitent à quelques kilomètres de là.

Aurélie Bingler, interpelle l'Agence Santé publique France, sa fille souffre d'agénésie
Aurélie Bingler, interpelle l'Agence Santé publique France, sa fille souffre d'agénésie © Maxppp -

Guidel, France

Les quatre familles d'enfants reconnus malformés à Guidel ont été reçus mardi en mairie, pour s'entretenir en privé avec l'Agence santé publique France. C'était une première, l'agence a été beaucoup critiquée pour sa communication. "Ils ont fait amende honorable sur le fait qu'ils ont tardé à communiquer leurs résultats", commente Samuel Bernard, père d'Aliénor, une fillette de huit ans née avec l'avant-bras gauche malformé à Guidel. Il espère maintenant être associé aux prochaines investigations. 

"On explique comment à nos enfants ?" lance un père de famille lors de la réunion publique qui a suivi, alors qu'Aurélie Bingler témoigne au micro d'Hélène Chevallier de France Inter. Elle habite à Calan à une vingtaine de kilomètres de Guidel. Sa fille Lola, née en novembre 2011, n'a pas de main droite. Elle n'a pas été prise en compte dans les cas de Guidel. _"_On a été complètement oubliés, on ne nous a jamais posé de questions, on ne s'occupe pas de nous", estime Aurélie. "On était là pour expliquer qu'il y a d'autres cas aux alentours, et pour nous, rien. Je pense que ça peut être la même chose, c'est dans les mêmes années de naissance, on vit tous dans le milieu rural : ça fait beaucoup de coïncidences dans un petit périmètre."

Une médecin s'interroge sur la méthodologie utilisée, elle suit une fillette qui n'a que deux doigts à une main, qui n'a pas non plus été recensée. "On s'arrête où ? Au coude, au poignet, aux doigts ?"

Et à quoi est-ce dû ? Samuel Bernard, reçu par l'Agence répond qu'"aucune piste n'a été avancée. On nous a beaucoup emmenés sur le terrain des pesticides, ça fait partie des pistes, mais Santé publique n'a rien évoqué." Interpellé par le nombre d'autres parents concernés lors de la réunion publique, il "espère qu'avec l'élargissement des cas pris en compte, on puisse enfin faire émerger des pistes".