Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les évacuations reprennent sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes

jeudi 17 mai 2018 à 6:26 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les forces de l'ordre ont entamé, ce jeudi matin, une deuxième phase d'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Elles ont commencé à se déployer sur la zone en fin de nuit.

Les forces de l'ordre comptent démolir une dizaine de lieux de vie mais aussi dégager les chemins
Les forces de l'ordre comptent démolir une dizaine de lieux de vie mais aussi dégager les chemins © Radio France - Anne Patinec

Notre-Dame-des-Landes, France

Les forces de l'ordre ont entamé, ce jeudi matin, une deuxième phase d'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Elles ont commencé à se déployer sur la zone en fin de nuit. Selon le ministère de l'Intérieur, 1.800 gendarmes mobiles sont en train d'intervenir. L'hélicoptère survole aussi la zone.

Selon le ministre de l'Intérieur, ce sont les occupants qui n'ont pas accepté de se régulariser qui sont visés. Une dizaine de lieux de vie seraient concernés.

Parmi les lieux visés, celui où l'opération César avait échoué en 2012

L'intervention a commencé un peu avant 6 heures, au lever sur jour, raconte notre reporter sur place. Les gendarmes mobiles ont investi la Zad en plusieurs endroits. C'est le patron de la gendarmerie qui mène les opérations. L'objectif est d'expulser et de détruire les lieux de vie pour lesquels aucun projet d'installation n'a été déposé. De quatre à six lieux seraient visés, notamment le site du "Chat Teigne" dans la forêt de Rohane, qui fait partie des lieux emblématiques de la Zad. C'est là qu'a échoué l'opération César en 2012.

Il faudra du temps avant de pouvoir dégager tous les chemins - Radio France
Il faudra du temps avant de pouvoir dégager tous les chemins © Radio France - Anne Patinec

En plus des démolitions, les forces de l'ordre vont aussi devoir rétablir la circulation et, sur certains chemins, ça va sans doute prendre beaucoup de temps. "Des dizaines et des dizaines de barricades ont été érigées, avec des poteaux en béton, des voitures, des troncs... Des déchets qu'il va falloir évacuer, sans compter les tranchées à reboucher", décrit notre reporter. 

Des occupants prêts à en découdre et d'autres qui espèrent éviter les violences

Il y a eu quelques incidents autour des barricades érigées sur les routes. Au coeur de la Zad, certains opposants semblent très remontés et près à en découdre tandis que d'autres espèrent ne pas connaître les mêmes violences que le mois dernier. L'une des anti-aéroport s'est d'ailleurs symboliquement placée sur la route face aux gendarmes avant d'être "gentiment dégagée". 

Selon le ministère de l'Intérieur, cette nouvelle opération d'évacuations et de destructions devrait durer deux-trois jours. Il y aurait 400 opposants sur place, dont 200 très vindicatifs.

Les premiers affrontements

Il y a déjà eu quelques affrontements, notamment au carrefour de la Saulce. Des opposants ont mis le feu à une barricade et ils ont envoyé des cocktails Molotov sur les gendarmes qui ont répondu avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Mais "la résistance et la mobilisation sont beaucoup moins importants que le mois dernier", précise la reporter de France Bleu Loire Océan sur place.

Quelques moments de tension sur la ZAD  - Radio France
Quelques moments de tension sur la ZAD © Radio France - Anne Patinec
Environ 2.000 gendarmes mobiles sont déployés - Radio France
Environ 2.000 gendarmes mobiles sont déployés © Radio France - Anne Patinec