Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les évadés de la maison d'arrêt de La Talaudière condamnés à cinq et dix-huit mois de prison

mercredi 9 mai 2018 à 17:30 Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le tribunal correctionnel de Saint-Étienne a condamné mercredi deux hommes qui avaient tenté de s'évader de la maison d'arrêt de La Talaudière début avril à cinq mois de prison pour l'un, et dix-huit mois pour l'autre, qui est à l'origine de la tentative.

© Maxppp -

Deux hommes ont été condamnés ce mercredi au tribunal correctionnel de Saint-Étienne pour avoir tenté de s'évader de la maison d'arrêt de La Talaudière le 2 avril. Le premier, un Lyonnais de 26 ans, est considéré comme l'instigateur de la tentative. Il écope de quinze mois de prison ferme pour la tentative d'évasion, ainsi que trois mois ferme pour corruption. Il avait en effet proposé aux policiers qui l'ont rattrapé dans sa fuite - à 3 trois kilomètres de la prison - de le laisser partir, en échange d'importantes sommes d'argent (100.000 euros, puis 500.000 euros).

Une corde de dix mètres confectionnée avec des draps

Le second détenu est lui condamné à cinq mois de prison ferme pour la tentative d'évasion.  Ce trentenaire de Roche-la-Molière n'avait pas réussi à sortir de l'enceinte de la prison, mais il a essayé de suivre le premier évadé, et l'a aidé dans sa fuite. Les deux hommes ont utilisé pour escalader les différentes grilles et portails de la maison d'arrêt une corde de dix mètres de long faite à partir de draps, ainsi qu'un grappin composé de crochets provenant du radiateur d'une cellule. 

"Léger souci de sécurité" à la maison d'arrêt

Le procureur avait requis neuf mois de prison pour le détenu qui n'a pas pas réussi à sortir de la maison d'arrêt, et trois ans de prison pour l'autre. Son avocat, Maître Philippe Scrève, estime que trois ans auraient été disproportionnés dans cette affaire. Aucun complice n'attendait les détenus à l'extérieur de la prison, explique-t-il, ce n'est donc pas selon lui une évasion minutieusement préparée. L'affaire n'a rien d'une grande évasion, il s'agit juste "d'une opportunité", ajoute Me Scrève. Il ironise d'ailleurs au moment de sa plaidoirie : "il y a quand même un léger souci de sécurité à la maison d'arrêt de la Talaudière".