Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les ex-dirigeants d’Ardennes Forge devant les tribunaux

mercredi 2 juillet 2014 à 10:31 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Les dirigeants de l'entreprise Ardennes Forge à Nouzonville sont jugés ce mercredi pour escroquerie et travail dissimulé devant le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières.

En 2007, Ardennes Forge à Nouzonville reprend petit à petit la production
En 2007, Ardennes Forge à Nouzonville reprend petit à petit la production © Angel Garcia - MaxPPP

C’est une nouvelle étape judiciaire à laquelle l’entreprise Ardennes Forge de Nouzonville doit faire face. Ses ex-dirigeants sont poursuivis pour escroquerie et travail dissimulé. Ils comparaissent devant le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières.

Deux liquidations en deux ans

En 2006 déjà, alors que l’entreprise ne s’appelait pas encore Ardennes Forge, les salariés ont subi une première liquidation par leur propriétaire Thomé Génot. Les dirigeants américains ont depuis été condamnés à 5 ans d'emprisonnement et 20 millions d'euros de dommages intérêts. Les salariés ont alors fait confiance aux nouveaux employeurs qui leur  proposaient de redémarrer les ateliers renommés Ardennes Forge. Ce sont ces nouveaux propriétaires qui sont aujourd’hui jugés pour escroquerie et travail dissimulé.

Denis Coun, le vice-président de l'Association des "indignés d'Ardennes Forge" était notre invité.

Denis Coun, vice-président de l'Association des indignés d'Ardennes Forge

Afin de se défendre au mieux, les 50 anciens salariés d'Ardennes Forge ont fondé l'association "les indignés d'Ardennes Forge". Leur indognation est d'autant plus importante qu'alors que leurs patrons sont poursuivis, la justice leur réclame la moitié de l'indemnité globale (900 000 euros) qui leur avait été allouée par les prud'hommes en 2010, après la seconde fermeture de l'entreprise.

Rémy Petitjean, ancien salarié d'Ardennes Forge