Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des faucheurs volontaires jugés en novembre prochain à Dijon

jeudi 5 avril 2018 à 9:29 Par Christophe Tourné et Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Le procès de faucheurs volontaires s'est ouvert ce jeudi 5 avril devant le tribunal de Dijon avant d'être reporté dans la foulée. Ils seront finalement jugés en novembre prochain pour avoir détruit des parcelles de colza à Darois et Marsannay-le-Bois en novembre 2016.

Les anti OGM réunis devant le tribunal de Dijon
Les anti OGM réunis devant le tribunal de Dijon © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Les faucheurs volontaires à l'origine de la destruction de parcelles de colza OGM en novembre 2016 à Darois et à Marsannay-le-Bois en Côte-d'Or, devaient être jugés ce jeudi et vendredi à Dijon. A l'occasion de leur procès, près de 170 personnes ont déambulé ce matin dans les rues de Dijon pour leur apporter leur soutien. La manifestation a démarré de la place Wilson pour se terminer devant le tribunal. 37 des 67 faucheurs volontaires poursuivis dans cette affaires doivent répondre de leurs actes devant la justice. Le procès vient d'être reporté au mois de novembre prochain.

Le renvoi du procès a été demandé à la fois par la défense et la partie civile pour cause de grève des avocats, qui protestent contre la réforme de la justice. 

Les faucheurs se sont installés devant le tribunal  - Radio France
Les faucheurs se sont installés devant le tribunal © Radio France - Anne Pinczon du Sel

A l'audience, la présidente du tribunal a simplement appelé un par un les prévenus à la barre pour vérifier leur identité. L'une des faucheuses volontaires a lu à la barre un communiqué expliquant que les prévenus acceptaient "ce renvoi parce qu'il y a convergence des luttes. Nous refusons la privatisation et la maltraitance de tout le vivant, tout comme nous refusons la maltraitance de la justice." 

Les faucheurs volontaires ont détruit ces parcelles de colza, "pour prouver qu'il y a bien des OGM cultivés en France, des OGM cachés, mais bien des OGM au sens de la directive européenne 2001/18". Ces plantes, transformées par mutagenèse et pas par transgenèse sont autorisées et c'est ce que fait valoir Dijon Céréales qui affirme cultiver ses parcelles en toute légalité. 

Ils reviendront devant le tribunal les 15 et 16 novembre prochain  - Radio France
Ils reviendront devant le tribunal les 15 et 16 novembre prochain © Radio France - Anne Pinczon du Sel