Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les fêtes des mayades en sursis dans les Landes

-
Par , France Bleu Gascogne

La maire de Saint-Vincent de Tyrosse annule les festivités 2016 de la mayade, sous leur forme actuelle. C’est la conséquence des débordements de la semaine dernière. Cette décision s’ajoute à celle de plusieurs maires du sud des Landes de porter plainte après des arbres vandalisés la semaine dernière pour les festivités du 1er mai.

Le "mai", pin traditionnel décoré, de la commune de Tosse, abattu puis replanté dans la nuit du 1er mai
Le "mai", pin traditionnel décoré, de la commune de Tosse, abattu puis replanté dans la nuit du 1er mai © Radio France

La mayade, c’est la tradition du mois de mai dans les Landes. A cette occasion, les jeunes de la commune qui ont 18 ou 19 ans dans l’année organisent une fête communale pour récolter un peu d’argent leur permettant de réaliser un projet. A cette période, ils plantent également des "mais" dans la commune : ce sont des pins maritimes décorés pour rendre hommage à certaines personnes du village.

Ces dernières années la tradition du sud-ouest a tendance à se résumer dans beaucoup de communes à des soirées très alcoolisées avec les débordements qui en découlent.

Ainsi, dans la nuit de vendredi à samedi dernier (du 1er au 2 mai) à Saint-Vincent de Tyrosse, la soirée était relativement calme jusqu’à deux heures du matin. "Puis il a fallu tout arrêter" , raconte la maire Marie Apathie. "On s’est retrouvés avec 900 jeunes dehors qu’on ne maîtrisait pas et qui venaient de partout : Mimizan, Mont-de-Marsan… On ne maitrise pas une telle population de jeunes" , dit la maire qui emploie des vigiles depuis plusieurs années pour assurer la sécurité de cette fête.

" Ces jeunes ont dégradé des voitures la semaine dernière et ils sont également entrés dans des propriétés privées (…) On a vécu deux heures d’angoisse et ça pouvait éclater à tout moment" .

Marie Apathie : \"Il y avait des gamins de 14 ans (...) ça partait de tous les côtés\".

"L’année prochaine il n’y aura pas mayade à Tyrosse", dit la maire.

La décision est radicale : la maire Marie Apathie n’organisera pas de mayade "sous cette forme" en 201 6. Elle réfléchit à une fête semi privée pour les jeunes de la commune. Il pourrait y avoir des cartons d’invitation pour les jeunes qui ne sont pas de la commune.

La maire de Tyrosse n’est pas la seule à s’inquiéter des débordements. A Soustons, Jean-Yves Montus redoute sa prochaine mayade le 8 mai .

Lui aussi a constaté depuis plusieurs années la présence de mineurs de plus en plus jeunes , très alcoolisés, et notamment des jeunes filles. A chaque fois les maires racontent ces adolescents qui arrivent en bande avec leur cargaison d’alcool et cherchent la bagarre.

Des fêtes sous protection renforcée cette année

A Soustons, la prochaine mayade est d’ailleurs interdite aux moins de 16 ans . Des vigiles sont également embauchés comme l’an dernier, ce qui coûte 1.500 euros à la commune. Pour la première fois cette année, le maire a également pris un arrêté interdisant la vente ou la consommation d’alcool sur la voie publique pendant la manifestation. La vente d’alcool et la consommation seront limités à la buvette tenue par les jeunes Soustonnais dans l’enceinte de la soirée.

A Tosse, la mayade est prévue pour le 29 mai. Mais le maire Jean-Claude Dalouède se laisse la possibilité de l’annuler en fonction de ce qui se passera dans les fêtes précédant la sienne dans les communes alentour.

Pour l’instant ce phénomène est limité à la côte sud sud des Landes , mais les maires que nous avons contactés expliquent qu’avec les réseaux sociaux, il tend à se développer, les jeunes se donnant rendez-vous de mayade en mayade, parfois très loin de leur commune.

Des pins vandalisés et une plainte en justice

Par ailleurs, une autre mode s’installe ces dernières années : celle de détruite les pins (les "mais") érigés traditionnellement par les jeunes de la commune devant la mairie ou devant des habitations de personnes de la commune à qui ils veulent rendre hommage.

La semaine dernière, un arbre de 13 mètres de haut a été abattu à la scie en pleine nuit à Soustons et laissé au milieu de la chaussée.

A Tosse, l’arbre a été tronçonné et raccourci de deux mètres et également laissé sur la voie publique.

Les maires dénoncent un danger pour la population. Les communes de Soustons, Tosse et Saint-Geours de Maremne représentées par l’avocat Renaud Lahitète déposent plainte pour dégradations auprès du procureur de la République Dax . Si ces dégradations sur des biens publics ont provoqué des dommages "légers", l'infraction est passible d'une amende de 5e classe de 1.500 euros et des peines de travail d'intérêt général.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess