Faits divers – Justice

Les footballeurs du FC Metz soutiennent Serge Atlaoui

Par Blandine Costentin, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine mardi 28 avril 2015 à 15:46

Cette photo et ce slogan sont sur le tee-shirt que porteront les footballeurs messins
Cette photo et ce slogan sont sur le tee-shirt que porteront les footballeurs messins © ECPM

Ce mardi, avant l'envoi du match de Ligue 1, PSG-Metz, les footballeurs lorrains arboreront un tee-shirt avec le visage de Serge Atlaoui, ce Messin condamné à mort en Indonésie. Les joueurs ont répondu à l'appel de l'association Ensemble contre la peine de mort.

La mobilisation en faveur de Serge Atlaoui s'intensifie, tandis que le Lorrain est toujours menacé de mort en Indonésie. Ce mardi, ce sont les joueurs du FC Metz qui lui manifestent leur soutien. Au moment de l'échauffement, avant le coup d'envoi du match PSG-Metz en match en retard de la 32e journée de Ligue 1, ils porteront sur le terrain du Parc des Princes un tee-shirt avec le slogan : "Ensemble, sauvons Serge Atlaoui" et le visage du condamné à mort.  

Il s'agit d'une initiative de l'association Ensemble contre la peine de mort. Acceptée par le club à la croix de Lorraine, elle est approuvée par la Ligue de football professionnel et soutenue par les "journaux lorrains contre la peine de mort", L'Est républicain , Le Républicain lorrain et Vosges Matin .

 

Le PSG ne veut pas s'engager

A l'inverse, le Paris Saint Germain , le club qui reçoit le FC Metz, se tient soigneusement à l'écart de cette mobilisation. Les dirigeants du PSG ont donné une fin de non-recevoir à Ensemble contre la peine de mort qui leur demandait, dès le mois de février dernier, d'intercéder en faveur de Serge Atlaoui en Indonésie.

Serge Atlaoui risque d'être exécuté dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Il a été condamné à mort en Indonésie pour trafic de drogue, alors qu'il se dit innocent. La France et l'Union européenne multiplient les appels à la clémence et menacent Jakarta d'un sérieux rafraîchissement dans leurs relations si cette sentence était exécutée. Aux dernières nouvelles, un ultime recours devant un tribunal administratif était toujours examiné.