Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les futurs experts en balistique se forment au centre de tir d'Andrézieux-Bouthéon

C'est une formation unique en France et elle se déroule en partie dans la Loire : le centre de tir d'Andrézieux-Bouthéon accueillait début mai les quinze stagiaires du diplôme universitaire d'expertise balistique de l'université de médecine et de pharmacie de Rouen.

Les stagiaires sont venus à plusieurs reprises au centre de tir andrézien depuis le début de leur formation.
Les stagiaires sont venus à plusieurs reprises au centre de tir andrézien depuis le début de leur formation. © Radio France - Tifany Antkowiak

Les futurs experts judiciares en balistique se forment entre la Haute-Normandie et la Loire. Ils sont quinze depuis le mois de septembre 2020 au sein de la première promotion du diplôme universitaire (DU) expertise balistique de l'université de médecine et de pharmacie de Rouen. Ils s'apprêtent à passer leurs examens fin mai, non pas à Rouen mais à Andrézieux-Bouthéon. Une partie de leur formation s'est en effet déroulée au sein du centre de tir andrézien, l'un des plus grands centres de tir sportif indoor de France.

Des profils très variés

Le centre, inauguré en mars 2020, est encore partiellement en travaux et il est pour l'instant fermé aux tireurs sportifs en raison de l'épidémie de Covid-19. "Cela devrait évoluer dans les prochaines semaines", espère le directeur du centre de tir, Sylvain Baudot, qui se réjouit de voir une partie des installations utilisées pour le DU expertise balistique. Ce lieu est d'ailleurs à la fois dédié aux amateurs et aux professionnels, rappelle-t-il : "en plus de nos trois pas de tir pour les sportifs, nous avons un couloir de chasse -celui qui est utilisé par le DU en ce moment- qui doit surtout servir aux armuriers qui peuvent venir faire des réglages de carabine, mais aussi aux chasseurs ; et en ce qui concerne les forces de sécurité, on a un pas de tir qui n'est pas encore terminé mais qui leur est entièrement dédié". Plusieurs partenariats sont déjà liés avec la police nationale, la gendarmerie, les douanes, sans oublier les polices municipales du secteur qui viendront certainement se former à Andrézieux-Bouthéon, précise Sylvain Baudot.

Les stagiaires du DU expertise balistique sont pour certains d'anciens membres de forces de l'ordre. Mais la promotion compte des profils très variés : militaires de carrière, avocat, médecin légiste, étudiant ou tout simplement passionnés de tir. C'était une volonté des responsables de la formation, qui ont sélectionné les stagiaires sur dossier. "On ne voulait pas avoir que des profils scientifiques ou uniquement des tireurs", explique Christian Goblas, responsable pédagogique de la formation, ancien militaire et expert judiciaire en balistique, armes et munitions près la Cour d'appel de Nîmes. Certains stagiaires n'ont même jamais fait de tir avant de débuter la formation. Il faut dire qu'ils viennent avec des motivations différentes.

Les stagiaires testent un très large panel d'armes pendant leur formation.
Les stagiaires testent un très large panel d'armes pendant leur formation. - Document remis

Balistique, réglementation et... anatomie

"Dans le cas de la médecin légiste qui est là, ça peut être pour avoir une meilleure connaissance de ce qui peut occasionner des blessures et des traumatismes, ce qu'on appelle des plaies pénétrantes", poursuit Christian Goblas. Il assure que certains stagiaires sont là uniquement pour leur culture générale. Mais ils sont plusieurs tout de même à envisager de devenir, à plus ou moins long terme, experts judiciaires en balistique. Ce qui réjouit Christian Goblas, car selon lui, ces experts indépendants, agréés, sont trop peu nombreux en France. Une cinquantaine, précise-t-il. 

Pour former au mieux ces futurs experts, le diplôme combine la balistique pure, mais aussi un important volet sur la réglementation des armes, et toute une partie consacrée à la médecine, en lien avec la faculté de médecine et de pharmacie de Rouen. "On a travaillé beaucoup d'anatomie, les effets lésionnels des armes à feu et tout ce qui tourne autour d'un rapport médico-légal sur une expertise balistique", témoigne Vivien, l'un des stagiaires.

Une formation complète, qui doit permettre aux stagiaires d'apporter leur expertise dans des affaires judiciaires, et donc des éléments clé. "Lorsqu'on a la cartouche et l'arme utilisée, on arrive relativement facilement à définir une distance de tir, grâce à des analyses, mais il y a aussi le comportement humain, on peut dire si c'est compatible avec un accident ou s'il s'agit bien d'un meurtre", détaille Christian Goblas. Difficile en revanche selon lui d'avoir des certitudes sur la taille d'un tireur par exemple, "parce qu'on ne tient pas une arme au Moyen-Orient comme en Amérique latine"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess