Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les gendarmes d'Occitanie guettent le moindre signe pour déjouer les fêtes clandestines du 31 décembre

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Réseaux sociaux, locations de salles, allées et venues... les gendarmes de la région Occitanie surveillent le moindre signe qui pourrait annoncer la tenue d'une fête géante, malgré le couvre-feu, et les préconisations sanitaires contre le coronavirus.

Les gendarmes surveillent les routes, les locations de salles, mais aussi les réseaux sociaux.
Les gendarmes surveillent les routes, les locations de salles, mais aussi les réseaux sociaux. © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

Quelques 100.000 policiers et gendarmes seront exceptionnellement mobilisés dans toute la France le soir du réveillon, a annoncé le ministère de l'Intérieur ce mardi 29 décembre. Un dispositif particulier pour une soirée particulière, car contrairement au soir de Noël, il y a bien un couvre-feu le soir du 31 décembre. Ca veut dire qu'il faut être chez vous, ou chez vos amis, avant 20h, sans en sortir jusqu'au lendemain matin.

En Occitanie, les gendarmes seront sur les routes pour faire respecter ce couvre-feu. Ils multiplient les patrouilles d'ailleurs depuis quelques jours pour rappeler la règle. Dans le viseur aussi, les fêtes sauvages, qui pourraient être organisées. Pour l'instant dans la région les gendarmes n'ont rien décelé d'anormal. Les locations de salles sont surveillées, et les élus locaux ouvrent bien les oreilles. S'il y a des rassemblements de groupes, ça se fera certainement très discrètement. Mais dans tous les cas, les gendarmes de la région n'ont pas d'éléments pour l'instant leur laissant penser que de telles fêtes auront lieu. Du moins pas des fêtes massives, dépassant les 50 personnes.

Surveillance des réseaux sociaux et des locations de salles

Les gendarmes passent aussi beaucoup de temps sur internet en ce moment : "On surveille les réseaux sociaux, parce que c'est par là que se diffusent les messages, et les rendez-vous" explique ainsi le général Jacques Plays. Le commandant de la gendarmerie en Occitanie avertit d'ailleurs les organisateurs de "fêtes sauvages" : 

Nous pouvons être l'invité mystère, au début de la fête, pour la faire cesser

Le militaire compte aussi sur le "réseau" de la gendarmerie, et le signalement par les habitants de comportements inhabituels : "les préparatifs souvent visibles : livraison de matériels, de victuailles, allées et venues, etc. (...) Notre objectif, c'est de devancer ces fêtes, identifier les organisateurs aller à leur contact, et leur expliquer qu'aller plus loin dans leurs projets leur apportera énormément d'ennuis".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess