Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les gendarmes du Var traquent les conducteurs qui téléphonent au volant

-
Par , France Bleu Provence

Face aux mauvais chiffres de la sécurité routière dans le Var, les gendarmes multiplient les contrôles. Le téléphone portable au volant est notamment dans leur collimateur. En 2019, ils ont verbalisé plus de 3900 conducteurs qui téléphonaient. France Bleu Provence a suivi un contrôle au Muy.

Depuis le début de l'année, les gendarmes du Var ont verbalisé plus de 3900 conducteurs qui téléphonaient au volant
Depuis le début de l'année, les gendarmes du Var ont verbalisé plus de 3900 conducteurs qui téléphonaient au volant © Maxppp -

Le Muy, France

Depuis le début de l'année, 61 personnes ont perdu la vie sur les routes du Var, un chiffre en hausse de 33% par rapport à 2018. Si la vitesse et l'alcool sont les premières causes d'accident dans le département, un autre phénomène inquiète les autorités : l'usage du téléphone au volant, qui multiplie par trois le risque d'avoir un accident de la route. Depuis le début de l'année, les gendarmes ont verbalisé plus de 3.900 conducteurs surpris au téléphone. Cette infraction est en hausse, en zone gendarmerie, de 13% par rapport à 2018. France Bleu Provence a suivi les gendarmes de la compagnie de Draguignan dans leur traque lors d'un contrôle au Muy.

La voiture roule moins vite et tangue un peu à gauche, un peu à droite...

Ce contrôle se déroule en deux temps. Au volant d'une voiture banalisée, le chef d'escadron Stéphane Calimé, commandant de la compagnie de Draguignan, circule sur la RDN7 entre Le Cannet-des-Maures et Le Muy. "Être dans le flux de circulation permet de détecter facilement les conducteurs qui téléphonent. Il y a des signes qui ne trompent pas : la voiture roule moins vite et tangue un peu à gauche, un peu à droite..." explique l'officier. Autre poste d'observation idéal pour repérer un automobiliste en train d'utiliser son portable : les feux rouges ! "C'est, là encore, assez flagrant : le conducteur a la tête baissée... quand le feu passe au vert, il met deux ou trois secondes à démarrer. Les gens se disent "je ne conduis pas, je peux donc regarder mes messages ou une application", mais ils sont sur une voie de circulation et le code de la route s'applique aussi aux feux rouges !" précise le chef d'escadron Stéphane Calimé.

Dix conducteurs verbalisés en 90 minutes

Au même moment, d'autres gendarmes de la compagnie de Draguignan effectuent un contrôle statique à l'entrée du Muy. En une heure et demie, ils verbalisent 10 automobilistes qui utilisaient leur portable au volant. Parmi eux, Mickäel, artisan façadier de 39 ans, reconnaît facilement sa faute : "Mon ouvrier m'a appelé pour savoir où j'étais car il lui manquait du matériel. Quand j'ai aperçu les gendarmes, j'ai posé mon téléphone mais il était trop tard !"

Dans le cadre d'une opération "alternative aux poursuites" et en échange d'une sensibilisation d'une dizaine de minutes sur les risques du téléphone au volant, le Varois n'est pas verbalisé. Il risquait une amende de 135 euros et la perte de trois points sur son permis de conduire : "Je préfère perdre 10 minutes que trois points... car il ne m'en reste plus que deux ! J'aurais donc pu repartir à pied", explique en toute franchise l'artisan. "Mon camion n'est pas équipé de Bluetooth. Il faudrait que j'investisse..." conclue le Varois dans un sourire.

"Mon véhicule est devenu mon bureau !"

La majorité des 10 automobilistes surpris en train de téléphoner sont des professionnels : commerciaux, professionnels du BTP ou artisans. Tapissier à Roquebrune-sur-Argens, Yannick se justifie auprès des gendarmes : "Le téléphone, c'est une nécessité. Maintenant, il faut être joignable tout le temps et répondre rapidement aux clients. Mon véhicule est devenu mon bureau !" Le commandant de la compagnie de gendarmerie de Draguignan écoute les arguments du contrevenant... et avance les siens : "La voiture est un bureau différent : il est mobile. La priorité d'un bureau mobile, c'est d'être en capacité de conduire et non de répondre au téléphone."  

Le chef d'escadron Stéphane Calimé conseille aux professionnels d'éteindre ou de mettre le silencieux quand ils sont au volant... ou même de le placer dans le coffre de la voiture pour éviter toute tentation.

Le capitaine Stéphane Calimé, commandant de la compagnie de gendarmerie de Draguignan, au volant de sa voiture banalisée - Radio France
Le capitaine Stéphane Calimé, commandant de la compagnie de gendarmerie de Draguignan, au volant de sa voiture banalisée © Radio France - Sophie Glotin
Yannick et Sarah viennent d'être surpris en train de téléphoner au volant. Dans le cadre d'une alternative aux poursuites, ils échappent aux 135€ d'amende et au retrait de 3 points.  - Radio France
Yannick et Sarah viennent d'être surpris en train de téléphoner au volant. Dans le cadre d'une alternative aux poursuites, ils échappent aux 135€ d'amende et au retrait de 3 points. © Radio France - Sophie Glotin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu