Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les gendarmes sarthois démantèlent un énorme trafic d'armes, des interpellations partout en France

vendredi 15 juin 2018 à 19:37 Par Julie Le Duff, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Maine et France Bleu

Depuis septembre 2016 et l'interpellation de deux militaires du 2e RIMa au Mans, les gendarmes de la Sarthe remontent la piste d'un gigantesque trafic d'armes. La dernière vague d'interpellations a été menée cette semaine avec la Juridiction Spécialisée de Rennes dans 54 départements.

Gendarmerie (illustration)
Gendarmerie (illustration) © Radio France - Gaëlle Fontenit

C'est probablement l’un des plus vastes réseaux de trafic d’armes de ces dernières années, avec près de 1 900 armes saisies (dont des armes de guerre), des dizaines d'interpellations partout en France et déjà 14 mises en examen : l'enquête lancée en septembre 2016 par les gendarmes de la section de recherches du Mans a encore beaucoup avancé cette semaine, indique un communiqué de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes, confirmant une information révélée notamment par Le Télégramme

Les gendarmes ont saisi 700 armes lors de la dernière vague d'interpellations, et pas moins de 1900 depuis le début de l'enquête - Aucun(e)
Les gendarmes ont saisi 700 armes lors de la dernière vague d'interpellations, et pas moins de 1900 depuis le début de l'enquête - JIRS Rennes

Troisième vague d'interpellations

Selon les informations recueillies par franceinfo, cette opération fait suite à deux autres dans le cadre de la même affaire. La première a eu lieu entre les mois de février et de novembre 2017. Quatre trafiquants - dont le principal organisateur du réseau - avaient alors été interpellés dans le Grand Ouest et dans le Centre de la France et écroués. 200 armes, parmi lesquelles des armes de guerre, avaient été saisies.                       

La deuxième opération s'est déroulée entre le 11 et le 14 décembre 2017 dans 29 départements. Elle avait pour but d'entendre les contacts en relation avec le principal trafiquant. 23 personnes avaient été placées en garde à vue et 50 personnes avaient été entendues.

Une troisième vague mobilisant pas moins de 700 gendarmes s’est déroulée du 12 au 14 juin, dans 54 départements français, "dont les Côtes d’Armor, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan" précise Le Télégramme. Le quotidien indique que l'opération a permis de mettre la main sur les chefs du réseau, dans l’Orne et le Loir-et-Cher.

Une enquête au long cours

L'affaire a débuté au Mans en septembre 2016, avec l'interpellation de deux soldats du 2e RIMa de Champagné. Lors d'un contrôle routier, un pistolet avait été découvert sur l'un d'entre eux. De nombreuses armes et munitions avaient ensuite été retrouvés chez eux. Depuis, les investigations menées par les gendarmes sarthois et les experts en armes et explosifs du Pôle judiciaire de la gendarmerie ont mis au jour un gigantesque trafic, impliquant entre autres des extrémistes d'un groupe survivaliste, mais aussi le crime organisé