Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉOS - Les gilets jaunes blessés lors des manifestations à Montpellier demandent à être reconnus comme victimes

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Au cours d'une action très médiatique sur la plage du Petit Travers à Carnon (Hérault) ce jeudi, les gilets jaunes ont appelé à l'arrêt de l'usage des lanceurs de balles de défense et demandé reconnaissance et réparation pour les 450 manifestants blessés depuis novembre en France.

Plusieurs Gilets Jaunes blessés à Montpellier par LBD ou grenade se sont vu remettre une médaille du courage
Plusieurs Gilets Jaunes blessés à Montpellier par LBD ou grenade se sont vu remettre une médaille du courage © Radio France - Marie Ciavatti

Carnon-Plage, Mauguio, France

Un petit campement jaune est installé sur la plage au milieu des serviettes de plage. Sous l'auvent, des photos impressionnantes de manifestants, visage en sang, alors que dans le ciel, un avion passe en tirant une banderole "Stop mutilations par LBD 40 et grenade des gilets jaunes. 

Douze blessés recensés à Montpellier

Ils ne sont pas nombreux, une dizaine, à se retrouver là sur la plage du Petit Travers à Carnon. Au poids du nombre, les gilets jaunes ont préféré la force des témoignages et une mise en scène soignée pour cette cérémonie en hommage aux manifestants blessés lors des journées de mobilisation. 

450 blessés graves en France par LBD ou grenade (sur 2.500 blessés), dont 12 recensés à Montpellier et Nîmes depuis novembre dernier.  Trois sont présents, un quatrième est représenté par sa femme qui tient contre elle la photo de son homme au visage tuméfié.

Une cicatrice au visage et des séquelles psychologiques

Yvan, 40 ans, a été touché près de l’œil droit sur le parvis de la gare de Montpellier le 29 décembre, ce jour où trois autres ont été gravement blessés, tous au visage. Sept mois plus tard, Yvan garde une cicatrice au visage et des séquelles psychologiques. "Il faudrait qu'on puisse se faire aider, mais c'est très compliqué parce qu'on n'est pas reconnus". Donc pas de gratuité des soins, ce qui les rend pour lui inabordables. Lui a pu déposer plainte sans encombre auprès des gendarmes et être vu par un légiste qui a conclu à une blessure par LBD.

Des séquelles 7 mois après. Yvan, blessé par LBD le 29 décembre 2018 à Montpellier

25 personnes ont perdu un œil depuis novembre

Au micro, Laurent Thinès, neuro-chirurgien à Besançon, qui se présente comme un sympathisant, est là pour témoigner en tant que médecin. "Un LBD que vous recevez dans le corps, c'est la même chose qu'un parpaing lâché d'une hauteur d'un mètre, 20 kilos sur votre visage." 

"J'ai été extrêmement choqué de voir la gravité des blessures : j'ai vu des crânes fracassés, des visages éclatés, des yeux perdus. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la gravité des conséquences sur la vie de tous les jours : perte de son travail, difficultés physiques, esthétiques, familiales."

Laurent Thinès, neuro-chirurgien. "J'ai vu des crânes fracassés, des visages éclatés"

Une arme de guerre

Tous demandent l'arrêt de l'usage de ces armes de défense lors des manifestations. "Arme de guerre" pour Kaïna, elle aussi blessée le 29 décembre. "Une balle en caoutchouc qui vous arrive à plus de 320 km/h dans la tête, ils appellent ça comme ils veulent, pour moi c'est une arme de guerre. Nous sommes des victimes de guerre et le gouvernement doit nous reconnaître.

Kaïna, blessée le 29 décembre à Montpellier. "Le silence du gouvernement fait monter la haine et la rancoeur"

À défaut de reconnaissance officielle pour l'instant, ces gilets jaunes se sont vus remettre une médaille "du courage et de la dignité".

Reportage sur ce campement éphémère des GJ en bord de mer

Yvan et Kaïna, tous les deux blessés gravement à la tête le 29 décembre sur le parvis de la gare Saint Roch à Montpellier - Radio France
Yvan et Kaïna, tous les deux blessés gravement à la tête le 29 décembre sur le parvis de la gare Saint Roch à Montpellier © Radio France - Marie Ciavatti
Le neuro-chirurgien, Laurent Thinès rend hommage aux manifestants blessés dont beaucoup souffrent encore de séquelles - Radio France
Le neuro-chirurgien, Laurent Thinès rend hommage aux manifestants blessés dont beaucoup souffrent encore de séquelles © Radio France - Marie Ciavatti
Une pétition demande l'arrêt de l'usage des LBD et grenades - Radio France
Une pétition demande l'arrêt de l'usage des LBD et grenades © Radio France - Marie Ciavatti
Choix de la station

France Bleu