Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Clermont-Ferrand : les gilets jaunes pas convaincus par les annonces d'Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Une vingtaine de gilets jaunes étaient réunis place de la Victoire à Clermont-Ferrand ce jeudi. Sans surprise, ils ont rejeté en bloc les annonces du président de la République.

Clermont-Ferrand : rassemblement de gilets jaunes sous un barnum pour regarder Emmanuel Macron
Clermont-Ferrand : rassemblement de gilets jaunes sous un barnum pour regarder Emmanuel Macron © Radio France - Léo Corcos

Clermont-Ferrand, France

Un petit barnum vert a été dressé devant la fontaine de la Place de la Victoire en face de la cathédrale de Clermont-Ferrand. Une télévision à écran plat et un câble branché dans un bar pour faire fonctionner le tout. Et le tour est joué. Il pleut, il fait froid. Mais peu importe. À 18 heures, la vingtaine de gilets jaunes écoutent attentivement les premiers mots d'Emmanuel Macron. 

Les gilets jaunes ont bravé la pluie pour regarder Emmanuel Macron - Radio France
Les gilets jaunes ont bravé la pluie pour regarder Emmanuel Macron © Radio France - Léo Corcos

"Carton rouge !" Sans surprise, le chef de l'État n'arrive à convaincre personne. Les annonces d'Emmanuel Macron ne sont même pas terminées que "JagJag" (c'est son surnom) en a déjà assez. "Ça fait plus de 20 minutes qu'il est en train de parler et j'en peux plus... Il y a cinq mois, il tenait le même discours, en disant qu'on ne l'avait pas compris, que ça n'allait pas assez vite, et aujourd'hui, il annonce qu'il va continuer sur le même cap."

"Au niveau de nos demandes, il n'y a rien" - "JagJag", un gilet jaune

Les Gilets jaunes brandissent un carton rouge contre les annonces d'Emmanuel Macron. - Radio France
Les Gilets jaunes brandissent un carton rouge contre les annonces d'Emmanuel Macron. © Radio France - Léo Corcos

Le président de la République est hué, sifflé. L'ambiance est hostile, les insultes fusent. À la fin de l'intervention du chef de l'État, Florence est fataliste. "Du grand blabla. On s'y attendait, on n'est pas surpris. Il sait endormir son monde, mais _il est désespérant_. On ne croit plus quand il parle maintenant." Jagjag abonde. "Sur le pouvoir d'achat, y a rien. Niveau démocratie participative, nous on voulait le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne), et lui il annonce le RIP (Référendum d'Initiative Partagée). Or, le RIP est déjà dans la loi, donc il n'apporte strictement rien de nouveau."

Mobilisation samedi et le 1er mai

L'ambiance est au rejet de la parole présidentielle. Corinne, 54 ans, mère de deux filles, a du mal à boucler ses fins de mois. Loin de la rassurer, l'adresse d'Emmanuel Macron aux Français l'a mise en colère. "C'est de l'enfumage. Je suis énervée et dégoûtée."

"Je suis désespérée que la France soit dirigée par ça" - Corinne, une gilet jaune

Les gilets jaunes, comme Dave, disent ne plus avoir confiance en Emmanuel Macron. "Il y a des violations énormes des droits des citoyens. Il met un joli voile sur la réalité et il la tourne selon son bon vouloir. La seule solution pour apaiser les Français, c'est de se retirer de la vie politique. Macron, on ne le veut plus. Il n'a pas compris qu'on n'en veut plus, qu'on en a assez de ses faux-semblants. _Il n'y a plus de confiance_. Le point de non-retour a été atteint."

Et pour illustrer cette idée, les gilets jaunes reprendront le chemin de la mobilisation dès demain vendredi, et seront aussi présents lors des manifestations du 1er mai.

Choix de la station

France Bleu