Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les hôpitaux publics bretons dans le rouge

-
Par , France Bleu Breizh Izel
Quimper, France

La situation financière des hôpitaux publics s'est fortement dégradée cette année en Bretagne. A tel point, que les responsables régionaux de la Fédération hospitalière de France tirent la sonnette d'alarme. Le déficit cette année sera de 71 millions d'euros !

Une situation financière très dégradée pour les hôpitaux publics
Une situation financière très dégradée pour les hôpitaux publics © Maxppp - Sébastien Jarry

L’hôpital public est au plus mal ! En France, le déficit cumulé des établissements devrait être cette année proche d'un milliard et demi d'euros. En Bretagne, la situation n’est guère plus réjouissante. L'addition des comptes de résultats prévisionnels devrait conduire à un déficit de plus de 71 millions d'euros pour l'ensemble des établissements publics de la région. 71 millions d'euros de défit contre 9 millions en 2016. Pour les seuls établissements publics bretons, ce sont près de 49 ans millions qui manquent dans les caisses pour clore l'année 2017 à l’équilibre. Une situation critique qui a conduit les administrateurs régionaux de la Fédération hospitalière de France a adopter une motion pour alerter les autorités sur cette situation très dégradée. 

Les éléments qui ont conduit à cette situation sont multiples

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette situation : une activité en baisse, une système de tarification a l'activité qui pénaliserait le développement des prises  en charge en ambulatoire ou encore une augmentation des dépenses de personnel médical ou non. La FHF Bretagne demande notamment pour 2018 un moratoire sur la baisse des tarifs et estime que " le financement basé sur la tarification à l'activité à trouvé ses limites, clairement inadaptée à la médecine" Pour cette année au niveau national, la FHF Bretagne souhaite le versement de la totalité de la réserve prudentielle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess