Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les incendies du week-end en Ardèche s'ajoutent à la longue liste de cet été

lundi 31 août 2015 à 6:00 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

Après Plats et Saint-Christol samedi, deux nouveaux incendies, plus mineurs, se sont déclarés dimanche après-midi, à Albon-d'Ardèche et Saint-Sauveur-de-Montagut. L'Ardèche n'avait pas connu une telle vague de feux de forêt estivaux depuis 6 ans.

Un canadair en action (illustration)
Un canadair en action (illustration) © Maxppp

Week-end infernal pour les pompiers ardéchois qui ont dû intervenir sur quatre incendies. Après les incendies de Saint-Christol (7 hectares brûlés) et Plats (25 hectares brûlés) samedi, c'est à Albon-d'Ardèche et Saint-Sauveur-de-Montagut près de Saint-Pierreville qu'ils ont été mobilisés dimanche après-midi. Une quarantaine d'hommes se sont déployés sur chaque site, aidés par un avion DASH et trois Canadairs. Deux hectares de végétation, des résineux et des châtaigners, sont partis en fumée de chaque côté.

L'été a été particulièrement intense sur le front des feux de forêt en Ardèche. La météo y a contribué: soleil, canicule, sécheresse, c'est la combinaison parfaite malheureusement.

De début juillet à aujourd'hui, on compte 48 départs de feu, 170 hectares brûlés au total. Le plus important, c'était à Chambonas, 31 hectares, début août. Voilà six ans que l'Ardèche n'avait pas connu une telle vague. Mais on est loin des records de 2005 et 2003 avec 1000 et 1800 hectares détruits à l'époque. Il faut dire qu'il y a tout un travail sur la prévention, et que les secours envoient désormais tout de suite de gros moyens pour éviter que les flammes ne s'étendent.

La question aujourd'hui, c'est de savoir à quoi sont dus ces départs de feu. On soupçonne un acte malveillant, criminel pour beaucoup. Il existe une cellule d'enquête spécialisée en Ardèche, composée d'un gendarme en identification criminelle, d'un pompier et d'un agent de la direction des territoires. Mais les preuves d'une mise à feu volontaire sont difficile à trouver.