Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

Les lycéens se mobilisent dans le Poitou

jeudi 6 décembre 2018 à 16:02 Par Rivière Isabelle et Manon Vautier-Chollet, France Bleu Poitou

Dans le Poitou, des lycéens se mobilisent contre la réforme du lycée et Parcoursup. A Châtellerault, la police a dû intervenir et utilisé des bombes lacrymogènes. Un manifestant de 15 ans et une autre jeune ont été interpellé.

illustration
illustration © Maxppp - Maxppp

Châtellerault, France

Les lycéens du Poitou se mobilisent contre la réforme du lycée et contre Parcoursup. Dans les Deux-sèvres, des actions sont recensées dans plusieurs établissements. 

300 lycéens mobilisés à Melle

A Melle, environ 300 élèves du lycée Desfontaines ont décidé de manifester dans le centre-ville, ils continuent la mobilisation ce jeudi après-midi. Au lycée, les cours se poursuivent. A Niort, au lycée de la Venise verte, une quarantaine d’élèves ont refusé d’aller en classe ce matin et ont installé des chaises devant les grilles mais tout est rentré dans l’ordre dans l'après-midi. 

Des bombes lacrymo utilisées à Châtellerault

Dans la Vienne, la mobilisation des lycéens s'est déroulée dans le calme à Poitiers. A Châtellerault, jusqu'à 300 lycéens ont manifesté pour dénoncer Parcoursup ce jeudi matin. Le cortège s'est formé au lycée Branly et a ensuite pris la direction du lycée Berthelot. Une matinée au cours de laquelle il y a eu des échauffourées avec les policiers.

Ces derniers ont été, selon la police, la cible de jets de pierres et de bouteilles au moment où ils dégageaient les accès du lycée Branly. Les policiers ont alors fait usage de bombes lacrymogènes. 

Deux personnes interpellées  

Deux personnes ont été interpellées : une jeune femme qui tentaient de cadenasser les portes du lycée branly et vers midi et demi, un élève du lycée Branly, 15 ans, auteur de jets de pierres sur les forces de l'ordre. 

Une intervention policière jugée excessive par un collectif d'enseignants et personnels du lycée Branly;  collectif qui dénonce l'usage de la force face "à de jeunes citoyens mobilisés pour leur avenir".

Un collectif d'enseignants contre l'usage de la force

Selon un enseignant, les policiers avaient ordre d'empêcher tout blocus. En se massant devant les grilles, ils ont aussi empêché le dialogue avec manifestants. 

"Nous comprenons la nécessité d'organiser la sécurité de la communauté éducative et des locaux (...) (mais) nous soutenons le droit à s'engager et le droit à se mobiliser pacifiquement comme nous l'enseignons à nos élèves dans le cadre de l'enseignement morale et civique" - le collectif d'enseignants du lycée Branly

Les proviseurs ont essayé de discuter avec les lycéens bloqueurs mais "difficile de dégager une liste précise de revendications", d'après l'un d'eux.