Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Les manifestants quittent le dépôt pétrolier de Brest

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Les professionnels du BTP quittent de leur plein gré le dépôt pétrolier de Brest, bloqué depuis jeudi soir dernier, même s'ils ne sont pas satisfaits des annonces gouvernementales.

Les professionnels du BTP évacuent le dépôt de Brest.
Les professionnels du BTP évacuent le dépôt de Brest. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Brest, France

Alors que les professionnels du BTP se sont faits déloger ce mardi matin du dépôt de Vern-sur-Seiche, les manifestants brestois quittent le dépôt situé sur le port de Brest de leur propre chef depuis la fin de matinée, même s'ils ne sont pas satisfaits des négociations qui se sont déroulées lundi au Ministère de l'économie.  

Les camions sont presque tous repartis, ce mardi midi. Les trois préfabriqués que les manifestants avaient installés devant le dépôt pétrolier de Brest sont en train d'être vidés, avant d'être enlevés.

"Nous nous sentons trahis"

"Nous nous sentons trahis", confie un des patrons, qui dénonce la position de la direction nationale de son syndicat. Si les professionnels du BTP repartent ce n'est pas parce qu’ils ont obtenu gain de cause mais parce qu’ils redoutent la venue des forces de l'ordre."On ne veut pas en arriver à se faire enlever par les CRS, ce n'est pas notre but", explique David Legall, un artisan finistérien qui participait au blocage dès jeudi soir. Ils ajoutent que les stations commencent à être réapprovisionnées en Bretagne, et que le blocage n'a plus d'utilité pour l'instant.

Ce midi, l'amertume et le dépit prédominent. "C'est la troisième fois qu'on vient bloquer depuis l'an dernier, _on a perdu du temps et de l'argent en délaissant nos chantiers, et pour rien !_", déplore un patron de TPE. Certains veulent désormais prendre le temps de la réflexion, avant d'envisager d'autres formes d'actions potentielles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu