Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les migrants de Calais accueillis en Meurthe et Moselle s’intègrent à la vie locale

vendredi 25 novembre 2016 à 18:48 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Cela fait un mois que les migrants en provenance de la jungle de Calais sont arrivés en Meurthe et Moselle. Répartis dans différentes communes du département, ils participent à la vie locale et la population se mobilise pour leur venir en aide.

Les migrants sont arrivés depuis un mois
Les migrants sont arrivés depuis un mois © Radio France - Justine Dincher

Pont-Saint-Vincent, France

Un mois après leur arrivée en Meurthe et Moselle, les migrants de Calais semblent avoir trouvé leurs marques et la population aussi. Sur les 140 places ouvertes pour les accueillir dans le département, 141 sont occupées. Il s'agit de 35 mineurs hébergés à Sion et de 106 majeurs, répartis entre Nancy, Lunéville, Mont-Saint-Martin et Pont-Saint-Vincent sur le territoire de Moselle et Madon où ils sont les plus nombreux. Sur les 57 migrants accueillis à Pont-Saint-Vincent, on compte 52 Soudanais, trois Afghans, un Libyen et un Congolais.

Interview de Malika Bon, responsable accueil et insertion à l'ARELIA

L'accueil de migrants : un non-sujet

Sur ce territoire, l'accueil de migrants est un non sujet finalement, explique Filipe Pihno, maire de Chaligny et président de la communauté de commune de Moselle et Madon : "Nous accueillons 60 personnes sur un territoire qui en compte 30 000. On est dans des proportions tout à fait acceptables. Je conçois que ça ait pu générer des angoisses ,mais tout est redevenu normal. Si l’on compte quelques énervés qui continuent de refuser la présence des migrants, une écrasante majorité de la population a souhaité leur venir en aide."

Nous avons toujours accueilli des immigrés" - Jean-Paul Vinchelin, maire de Neuves-Maison

Jean-Paul Vinchelin, maire de Neuves-Maison, acquiesce : "Ce territoire a toujours accueilli des immigrés. Quand les premiers Italiens sont arrivés en 1906, il y a eu des bagarres, mais le milieu populaire a toujours su relever les défis. C’est la première fois que accueillons des immigrés qui ne sont pas des immigrés économiques, mais des immigrés réfugiés de guerre, et nous, élus, nous devons l’expliquer aux populations."

Les associations se mobilisent

L’acceptation des migrants sur ce territoire va au-delà de tous les espoirs. Les associations se mobilisent pour venir en aide aux migrants et ces derniers le leur rendent bien. Ils s'impliquent dans la vie locale en participant, par exemple, à la plantation d'arbres fruitiers, ou encore à la construction de chars pour les fêtes de la Saint Nicolas.

Tout en participant à la vie de la cité, ils s’occupent aussi de leur avenir. Des travailleurs sociaux les aident à rédiger le récit de leur vie pour obtenir l’asile politique. Ceux qui obtiendront le statut de réfugié pourront rester en France, les autres devront quitter le territoire français.

Reportage à Pont Saint Vincent