Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

Les musulmans de l'Indre envoient une lettre de condoléances à l'archevêque de Bourges

mercredi 27 juillet 2016 à 18:01 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Les principales organisations musulmanes de France ont condamné sans attendre l'assassinat du père Jacques Hamel à St-Etienne-du-Rouvray. A Châteauroux, les responsables du culte musulman comptent envoyer une lettre de condoléances à l'archevêque de Bourges.

Devant l'église de St-Etienne-du-Rouvray
Devant l'église de St-Etienne-du-Rouvray © Maxppp - Photo PQR/Ouest France

Châteauroux, France

Les fidèles de la mosquée Al-Mouhssinine, implantée dans le quartier St-Jean, à Châteauroux, se sont réunis dès mardi soir, quelques heures après le drame, pour partager leur peine. Ils étaient, selon le vice-président de l'association culturelle et cultuelle des Marocains de l'Indre, Faouzi Jawadi, "très touchés par cette attaque qui n'a rien à voir avec nos valeurs républicaines ou avec celles qui émanent de la religion musulmane".

Ce rassemblement spontané a été l'occasion d'envisager des actions pour l'avenir. La première est un courrier qui sera bientôt adressé à l'archevêque de Bourges, Mgr. Armand Maillard : une lettre de condoléances.

"On doit tous être solidaires et unis dans ces moments de tristesse"

Revoir la formation des imams ?

A plus long terme, Faouzi Jawadi abonde dans le sens de Dalil Boubakeur, grand recteur de la Mosquée de Paris, qui préconise une réforme des institutions de l'islam. Pour lui, c'est la formation des imams qui doit être repensée : "Sans toucher aux fondements de l'islam, il faut adapter notre façon de prêcher au pays où l'on vit".