Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les obsèques de Kévin ont lieu ce vendredi à Mourmelon-le-Grand

jeudi 7 juin 2018 à 18:13 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Les obsèques de Kévin, le jeune homme de 17 ans tué à coups de couteau samedi 2 juin, ont lieu ce vendredi à Mourmelon-le-Grand. Pendant ce temps, l’enquête continue. Les avocats ont maintenant rencontré les deux jeunes suspects.

A l'entrée du parc du Bois des Soeurs
A l'entrée du parc du Bois des Soeurs © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Mourmelon-le-Grand, France

Les obsèques de Kévin ont lieu ce vendredi à Mourmelon-le-Grand. Kévin, c'est le jeune homme de 17 ans tué à coups de couteau samedi dernier, dans un parc de la commune. La cérémonie est prévue à 16 heures à l'église de Mourmelon. La famille demande aux personnes qui viendront de porter une tenue blanche et d’amener éventuellement des fleurs naturelles.   

Deux mineurs sont mis en examen pour assassinat, c'est à dire meurtre avec préméditation : l'ex petite amie de Kévin et l'auteur des coups de couteau ont été placés en détention provisoire.  L’enquête continue, et il y a encore beaucoup de zones d'ombres à éclaircir. C'est le travail du juge d'instruction, mais aussi des avocats. 

Maître Mourad Benkoussa, du barreau de Reims, défend l'auteur présumé des coups de couteau. 

Maître Benkoussa - Radio France
Maître Benkoussa © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Il ne veut pas parler du fond de l’affaire, et laisser la pression médiatique retomber. Il évoque "un gamin de 17 ans dépassé par la situation et qui comprend les conséquences de son geste ".   Même prudence de la part de Maître Flore Perez, également inscrite au barreau de Reims. C’est elle qui défend la jeune fille mise en cause.  Elle parle "d’une _jeune fille stressée_, en grande souffrance". L’adolescente n’a rien avoué pendant sa garde à vue, et son avocate estime que "sa participation n’a pas encore été établie."

Beaucoup de zones d'ombres à éclaircir

Il est vrai qu’il reste de nombreuses zones d’ombre dans cette affaire, comme le parquet l’a lui-même indiqué :

D'abord, le profil psychologique des deux suspects, leurs personnalités, est à établir : l'auteur présumé des coups de couteau est juste connu pour des faits de violence de faible importance commis il y a quatre ans dans un établissement scolaire.  C'est un passionné de la chose militaire, des armes, et des reconstitutions guerrières. Il venait d'être breveté pour sa préparation militaire marine.  

La jeune fille, elle, était scolarisée en première L dans un lycée de l'est de la France. "Élève brillante", dit son avocate, elle est passionnée par les séries télé policières. 

En lien avec ce profil à établir, il y a les relations entre les deux mineurs. La jeune fille a-t-elle eut un ascendant sur le garçon, qu'elle savait amoureux d'elle ?  En tous cas, elle semble capable de manipulation, a laissé entendre le procureur de Reims Matthieu Bourrette. 

Autre point que devra éclaircir l'instruction : le mobile. Le garçon en a donné deux pendant sa garde à vue : la jeune fille lui aurait demandé de la débarrasser de Kevin, qui la harcelait, et la vengeance.  Il en voulait à Kevin de l'avoir écarté du groupe d'amis dont il faisait auparavant partie.  Le mobile de la jeune fille, si elle est bien impliquée, est encore inconnu.