Climat – Environnement

Les opposants à la carrière de Ternuay relancent la mobilisation

Par Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon dimanche 31 janvier 2016 à 7:22

1000 tracts ont été imprimés pour la manifestation.
1000 tracts ont été imprimés pour la manifestation. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Alors que l'enquête publique concernant le projet de carrière de Ternuay-Melay-et-Saint-Hilaire doit être lancée dans quelques semaines, les habitants opposés au projet relancent la mobilisation. Ils étaient une trentaine à distribuer des tracts ce samedi au rond-point de Mélisey.

Des appels de phares. Une fois. Deux fois. Et puis le ralentissement au rond-point à la sortie sud de Melisey sur la route de Lure. Dans le froid, une trentaine d'opposants au projet de carrière de Ternuay arrêtent les automobilistes et distribuent des tracts. _"Il y a urgence, il faut se mobiliser", clame une militante. "L'enquête publique concernant ce projet doit être lancée dans les prochaines semaines. Chacun pourra donner son avis, il faut qu'on mobilise, que les gens disent leur opposition_", ajoute Jean Webber, le co-président de l'association de sauvegarde des Mille Etangs et de la Haute Vallée de l'Oignon.

"La mobilisation doit se faire maintenant." - Jean Weber

Pas de date officielle pour la consultation du coté de la Mairie, mais on confirme que la consultation sera bien lancée prochainement. "Elle permettra à tous ceux qui sont contre mais n'osent pas le dire de le faire plus discrètement", glisse Jean Weber. Le sujet est parfois sensible dans cette zone rurale et chacun ne tient pas à donner son avis publiquement.

Ralentissements aux abords du rond-point de Mélisey - Radio France
Ralentissements aux abords du rond-point de Mélisey © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Aux entrées du rond-point de Mélisey, les automobilistes s'arrêtent souvent volontiers, curieux, parfois surpris. "Je ne connaissais même pas l'existence du projet, alors que j'habite à quelques kilomètres", confie une mère de famille. "C'est effectivement dramatique pour l'environnement". Dans la voiture derrière une homme s'étonne : "Je croyais que c'était fini cette histoire ?". "Non, il y avait un premier projet qui avait été stoppé en 2007 mais là c'est une multinationale suisse qui veut s'implanter"_, répond Michel, un paquet de tracts dans les mains. De l'autre coté ça bouchonne. Une automobiliste n'est pas d'accord. "Ca va créer de l'emploi", assène-t-elle. "Non, il vont transférer des emplois déjà existants, donc ça ne créera pas d'emplois ici"_, répond calmement un militant. 

"Il faut être nombreux pour impressionner"

Les habitants convaincus sont invités à se prononcer lors de la consultation prochaine. Et ceux qui approuvent la démarche se voient aussi proposer d'adhérer à l'association. "Il faut être nombreux pour impressionner et donner envie aux politiques de se poser la question du bien fondé de cette carrière", estime Pascal Marchand, un des 130 adhérents de l'association. Dans les jours prochain, pour convaincre d'autres de les rejoindre, les militants iront distribuer leurs tracts aux sorties des écoles. Et ils n'excluent pas d'autres actions dans les semaines à venir. 

Pour les militants, "Holcim se moque de l'environnement et de l'emploi local". - Radio France
Pour les militants, "Holcim se moque de l'environnement et de l'emploi local". © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Partager sur :