Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les organisateurs du Family Piknik de Montpellier victime d'un vol en bande organisée

-
Par , France Bleu Hérault

Des dizaines d'objets ont été volés lors du démontage du festival Family Piknik qui se déroulait ce weekend à Montpellier. Trois personnes ont été interpellées dans le camp de Roms situé à côté du Zénith.

Tout le matériel a été retrouvé et restitué (photo illustration)
Tout le matériel a été retrouvé et restitué (photo illustration) © Maxppp -

Montpellier, France

Trois personnes ont été interpellées dans le camp de Roms à côté du Zénith de Montpellier, elles sont soupçonnées d'avoir participé à un vol en réunion mardi en plein démontage du festival Family Piknik qui se déroulait dimanche. Les agents de sécurité ont été totalement débordés.

Il faut dire que les voleurs  sont arrivés en force, une dizaine de personnes au moins avec deux voitures et des caddies de supermarché. Elles sont reparties avec  des bouteilles, de la hifi, un vélo, des cartes magnétiques, des lecteurs de carte bleue, une table réfrigérée, de la vaisselle en plastique... notamment. Les coffres, les caddies étaient plein a craquer, certains avaient aussi les bras chargés.

Alertée rapidement la police a retrouvé les deux voitures et tout le butin dans le camp de Roms situé juste à côté à Grammont, à quelques centaines de mètres seulement. Trois personnes ont été interpellées, deux hommes de 48 et 31 ans et une adolescente de 15 ans qui ont reconnu les faits tout en précisant qu'ils pensaient que "le matériel était abandonné".