Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les ouvriers de Whirlpool à Amiens pourraient attaquer leur direction en justice

vendredi 3 mars 2017 à 19:13 Par Rosalie Lafarge, France Bleu Picardie et France Bleu

Il est surnommé "l'avocat des plans sociaux". Fiodor Rilov a réuni une cinquantaine de salariés de Whirlpool à Amiens ce vendredi. D'après lui, plusieurs procédures judiciaires peuvent être engagées pour tenter d'éviter la délocalisation.

L'usine Whirlpool d'Amiens
L'usine Whirlpool d'Amiens © Radio France - Elodie Touchais

Amiens, France

Fiodor Rilov, c'est la bête noire des usines qui licencient alors qu'elles font des profits. Parmi les nombreux dossiers déjà traités par cet avocat, on trouve Abélia Décor à Abbeville, Flodor à Péronne et Goodyear à Amiens. A chaque fois, il défend les salariés face à des grands groupes qui ont décidé de fermer un site ou de délocaliser une usine.

C'est loin d'être gagné, mais la possibilité existe et ne pas l'utiliser serait un terrible gâchis" - Fiodor Rilov, avocat

Certains ouvriers de Whirlpool le connaissent déjà puisqu'il les a assistés dans d'autres dossiers. Quand ils ont appris la fermeture annoncée de leur usine de sèche-linge à Amiens, ils ont demandé à l'avocat s'il y avait quelque chose à faire. "Oui", répond assuré Fiodor Rilov à l'issue d'une réunion à la salle municipale de Montières ce vendredi après-midi, en présence d'une cinquantaine de salariés.

L'avocat envisage plusieurs procédures

"Je crois qu'il y a un certain nombre de procédures judiciaires qui peuvent être engagées, sans garantie, pour tenter de mettre en échec cette décision (de délocalisation) qui est une vraie catastrophe sociale. C'est loin d'être gagné, mais la possibilité existe et ne pas l'utiliser serait un terrible gâchis" , explique Fiodor Rilov.

Tout est bon à prendre" - François Gorlia, CGT

Il refuse cependant d'en dire plus pour l'instant. Impossible de savoir quelles procédures sont envisagées. Mais il assure que cela peut marcher. Alors "pourquoi pas ?" se dit François Gorlia, délégué syndical CGT à Whirlpool. "On peut y croire, tout est bon à prendre et on espère de toute façon faire plier ce groupe, Whirlpool, qui va encore foutre des gens au chômage" , poursuit le syndicaliste qui attend tout de même de connaître les détails et d'avoir les avis de tous les salariés de l'usine, soit 290 personnes.

Une nouvelle réunion dans une semaine

Un avis et une prudence partagés par Frédéric Chantrelle de la CFDT. "Je suis totalement pour et j'amènerai les salariés à poursuivre la lutte car il y en a marre de ces multinationales qui se barrent de Picardie. Cela suffit. Il faut stopper l'hémorragie. Tous unis, nous sommes plus forts qu'eux (Whilrpool)", explique-t-il.

Tous unis, nous sommes plus forts qu'eux" - Frédéric Chantrelle, CFDT

Les salariés de Whirlpool doivent retrouver Fiodor Rilov vendredi 10 mars pour une troisième et dernière réunion avant de signifier, par écrit, s'ils le souhaitent, leur volonté de lancer les procédures.