Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Glyphosate : les parents d'un enfant handicapé vont déposer une plainte contre Monsanto

mercredi 4 octobre 2017 à 19:58 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu

Une famille iséroise va porter plainte contre le géant américain Monsanto. Pour Sabine et Thomas Grataloup, le glyphosate, un herbicide, serait responsable du handicap de leur fils Théo, aujourd'hui âgé de 10 ans, né avec une malformation du larynx et de l’œsophage.

Théo et ses parents, Sabine et Thomas.
Théo et ses parents, Sabine et Thomas. © Radio France - Véronique Pueyo

Vienne, France

En août 2006, Sabine Grataloup ne sait pas encore qu'elle est enceinte de Théo. Ce sont les toutes premières semaines de sa grossesse. Et comme chaque été, elle passe au désherbant sa carrière, un grand rectangle de sable de 700 mètres carrés où elle fait travailler ses chevaux, près de Vienne. Elle et son mari ont fondé Rando Cheval, une agence de voyage à cheval, basée en Isère. Elle a acheté du Roundup de chez Monsanto, qu'elle utilise sans se protéger.

Mais, neuf mois après, Théo vient au monde avec une atrésie, une malformation de l’œsophage et du larynx. Son système digestif et respiratoire communiquent. Il est opéré en urgence, il restera six mois en réanimation. En fait, le glyphosate est tératogène, c'est-à-dire susceptible de créer des malformations. Et Théo, qui n'était encore qu'un fœtus, a été exposé in utéro à une dose importante, au moment où ses organes étaient en train de se former.

Théo, 10 ans, a déjà subi plus d'une cinquantaine d'opérations

"Théo a subi plus d'une cinquantaine d’opérations" explique Sabine. "Aujourd'hui son état est à peu près stabilisé" poursuit son père, Thomas. "Depuis un an et demi, il mange normalement, alors qu'avant il était nourri par une sonde gastrique. ll va à l'école, mais il respire grâce à un trou à la base du cou, suite à une trachéotomie. Ses cordes vocales sont très abîmées et il parle avec une voix œsophagienne, comme les malades du cancer de la gorge. Il ne peut pas nager, sinon, il mourrait noyé."

"Théo ne respirera jamais normalement, il a un trou dans la gorge" - Sabine, sa maman

Théo, comme ses parents, adore les chevaux, les animaux, il aime jouer avec ses amis. Mais les médecins ne savent pas si à la puberté, cet équilibre précaire ne va pas être bouleversé : "le corps change, les organes aussi" dit Thomas "On ne sait pas ce que nous réserve l'avenir. Mais on est sûr que Théo ne pourra jamais respirer normalement."

Théo adore les animaux et surtout les chevaux ! - Aucun(e)
Théo adore les animaux et surtout les chevaux ! -

Les parents de Théo ont fait assez vite le lien entre les malformations de leur fils et le glyphosate :"Le chirurgien qui a opéré mon fils nous a dit que 200 enfants naissaient chaque année, avec le même handicap et que des études avaient montré que c'était suite à une exposition à des herbicides. Je me suis alors revue en train de désherber ma carrière" se souvient Sabine

"On sait que le combat contre Monsanto va être rude, mais nous sommes prêts" - Thomas, le père de Théo

Alors dès 2010, Sabine et Thomas tentent d'alerter des scientifiques, des politiques. L'Isérois Jacques Remiller, alors député, est sensible à leur cause. Il pose une question écrite au gouvernement qui reste sans réponse. Et puis l'an dernier, Sabine témoigne au tribunal Monsanto à la Haye, un procès citoyen où elle rencontre d'autres victimes du glyphosate.

"On s'est rendus compte que l'on n'était pas seul, qu'il fallait agir pour Théo, mais aussi parce qu'on sait que Monsanto savait que son produit était nocif et qu'il a continué à le vendre" s'indigne Sabine et Thomas enchaîne : "On fait cela aussi pour éviter à d'autres enfants le calvaire de notre fils. Si on ne le fait pas, qui le ferai? On va déposer plainte contre Monsanto et les fabricants de Glyphosate. Il faut interdire ce produit, il l'est déjà dans les cours d'école et dans les jardins publics ! On sait que c'est le pot de terre contre le pot de fer, mais on est prêt !"

Quant à Théo, qui est actuellement en CM2, il voudrait qu'on interdise le glyphosate pour qu'aucun enfant n'en soit plus jamais victime.

Théo, 10 ans, respirera toute sa vie grâce à un trou à la base de son cou - Aucun(e)
Théo, 10 ans, respirera toute sa vie grâce à un trou à la base de son cou