Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les parents de Mauranne, victime de l'attentat de Marseille, attaquent l'Etat en justice

jeudi 4 octobre 2018 à 17:59 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu

Sylvie et Dominique Harel, les parents de Mauranne, 20 ans, tuée en compagnie de sa cousine Laura à Marseille, ont décidé d'attaquer l'Etat devant le tribunal administratif de Lyon. Selon eux, l'Etat a commis une "faute avérée" qui a entraîné indirectement l'assassinat des deux jeunes femmes.

Sylvie et Dominique Harel dénoncent une faute avérée de l'Etat
Sylvie et Dominique Harel dénoncent une faute avérée de l'Etat © Radio France - Fabien LE DU

Marseille, France

"Il n'y a pas de colère, mais on ira jusqu'au bout". La fatigue et la peine irréparable se lisent encore sur le visage de Dominique et Sylvie , les parents de Mauranne. Un an après l'attentat qui a coûté la vie à leur fille de 20 ans, et à Laura, sa cousine âgée de 19 ans, ils entament un recours devant le tribunal administratif de Lyon. Une procédure qui peut durer des années.

Une faute avérée de l'Etat

Objectif : que la justice établisse la faute avérée de l'Etat dans l'attentat de la gare Saint-Charles : "L'assassin de notre fille a été arrêté en situation irrégulière, après un vol, il était connu sous 7 identités différentes, il n'aurait jamais dû être remis en liberté quelques heures avant de commettre l'irréparable. Il a été relâché parce que personne ne pouvait signer le document ordonnant son maintien dans un centre de rétention, il n'aurait jamais dû être là, sans cela, notre fille serait toujours en vie", explique Sylvie.

"La faute est avérée, elle figure dans un rapport officiel. Des sanctions ont été prises contre le préfet du Rhône à l'époque, mais l'Etat n'a jamais officiellement reconnu sa faute, on a l'impression qu'il minimise" poursuit Dominique.

"Plus jamais ça" (Sylvie, maman de Mauranne)

Le recours devant le tribunal administratif de Lyon a plusieurs objectifs : "Des indemnités pour les familles" admet l'avocate Me Alice Cabrera. Mais cette procédure est surtout un enjeu de société : "Nous ne voulons plus que cela se reproduise. Il faut que les services administratifs sachent qu'il peut y avoir des conséquences irréparables à leurs actes. Plus jamais ça, c'est à tous les parents que nous pensons".

Ce recours s'adresse également au plus haut niveau de l'Etat : "Nous avons été remarquablement accompagnés après le drame, mais nous voulons que la justice reconnaisse la faute de l'État, nous le devons à notre famille qui est plongée dans le désespoir et à nos filles, on se devait d'entamer cette procédure."