Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les parents des victimes de l'attentat de la gare de Marseille Saint-Charles attaquent l'État

jeudi 4 octobre 2018 à 8:57 Par Hélène Fromenty, France Bleu Provence et France Bleu

Les familles des deux jeunes filles tuées le 1er octobre 2017 sur le parvis de la gare Saint-Charles de Marseille vont saisir la justice. Un an plus tard, elles veulent faire établir la responsabilité de l'État dans ce drame.

Une plaque en souvenir des deux victimes a été inaugurée un an tout juste après le drame.
Une plaque en souvenir des deux victimes a été inaugurée un an tout juste après le drame. © Maxppp - Valérie Vrel/PHOTOPQR/LA PROVENCE/MAXPPP

Marseille, France

Elles attendent toujours réparation. Deux jours après l'hommage rendu aux deux victimes de l'attentat de la gare Saint-Charles, il y a un an à Marseille, leurs familles déposent un recours administratif. Selon la chaîne de télévision M6, Sylvie et Dominique Harel, parents de Mauranne, et Fabrice et Pascale Paumier, parents de Laura, vont saisir le tribunal administratif de Lyon. 

Et pour cause, un an après, des questions restent en suspend dans l'enquête. L'homme qui a tué les deux étudiantes, de 20 et 21 ans, avait été interpellé la veille du drame, le 30 septembre 2017, pour un vol à l'étalage dans un centre commercial de Lyon. Mais il avait été libéré quelques heures plus tard. 

Faute avérée

Une faute selon les parents des victimes. "Nous avons l’impression que l’État cherche à minimiser sa responsabilité en ne parlant que de 'dysfonctionnements graves du dispositif d’éloignement'. Pour nous, il s’agit d’une véritable faute avérée", ont-ils affirmé par téléphone à M6.

D'après l'une des avocates des familles, Alice Cabrebra , jointe par France Bleu Provence, ses clients "veulent établir la responsabilité de l'Etat dans la mesure d'éloignement" du tueur