Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Pavillons-sous-Bois : 10 mois de prison ferme pour l'éducateur qui a frappé un jeune autiste

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un ancien éducateur de la Maison d'accueil spécialisée des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a été condamné, ce vendredi 26 février 2021, à dix mois de prison ferme. Il avait frappé un jeune autiste lors d'une sortie, la scène filmée et partagée sur les réseaux sociaux avait choqué.

Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis
Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

"Je suis soulagée !", réagit Monique, la maman de Tédrick. L'éducateur accusé d'avoir frappé son fils, un jeune adulte autiste, a été condamné ce vendredi 26 février 2021, par le tribunal de Bobigny à 10 mois de prison ferme. Il a aussi une interdiction d'exercer sa profession, pendant cinq ans, auprès de personnes en situation de handicap.

"J'espère que ça va faire réfléchir les autres éducateurs qui seraient tentés de frapper eux aussi, et j'espère surtout que ça leur rappelle que lorsqu'il y a des violences, il faut se manifester et les dénoncer", affirme Monique. En juin 2019, son fils, résidant à la Maison d'accueil spécialisée (MAS) des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avait découvert, horrifié, la vidéo sur laquelle on voit Tédrick être frappé par cet éducateur avec un bâton, lors d'une sortie dans un stade. La victime recevra également 5.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral subi.

L'employée qui a filmé la scène, une aide-psychologique, était jugée pour ne pas avoir réagi et ne pas avoir prévenu sa hiérarchie ni les secours. Elle a été condamné à six mois de prison avec sursis. En revanche, elle n'a aucune interdiction d’exercer contrairement à ce qui avait été requis lors de l'audience, vendredi dernier, procès auquel aucun des deux mis en cause ne s'est présenté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess