Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les petits élevages de volailles n'auront pas tous les moyens de se conformer à la loi de biosécurité au 1er juillet

mercredi 16 mai 2018 à 10:29 Par Aurélie Lagain et Daniel Morin, France Bleu Vaucluse

Au 1er juillet, une nouvelle réglementation sanitaire s'applique aux élevages de volailles, fermiers comme industriels. Les plus petits pourraient ne pas s'en relever, estime le réseau AMAP.

Poulet (illustration)
Poulet (illustration) © Radio France - Philippe Paupert

Saint-Saturnin-lès-Apt, France

Les petits élevages de volaille vont ils survivre au 1er juillet ?  C'est la crainte des éleveurs et du réseau des Associations pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne, les AMAP.  Au 1er juillet, il faudra appliquer une nouvelle réglementation sanitaire prévue dans la loi de biosécurité. Parmi les obligations, de nouvelles installations sanitaires, des sas à l'entrée de chaque bâtiment, dans les élevages industriels comme dans les petits élevages fermiers.

"On leur demande de transformer leur élevage en petite batterie industrielle." - André Lopez, coordinateur des AMAP de Provence

"Il faut isoler la partie élevage, la partie vente au public et sa maison d'habitation", précise Denis Surgey, qui élève des poulets et des pintades à St Saturnin les Apt. 6.000 volailles abattues sur place chaque année, commercialisées en vente directe et en circuits courts. "Le matériel qui sert à l'alimentation des volailles doit être désinfecté à l'entrée et la sortie du bâtiment".

Certains ne pourront pas s'en relever, les coûts de mise au normes sont trop importants,  prévient André Lopez, coordinateur des AMAP de Provence : "On ne distingue pas la production industrielle de la production fermière. Ils ne peuvent pas, ne veulent pas appliquer des conditions de production qui leur échappent complètement".

André Lopez craint que des éleveurs ne cessent leur activité

Le collectif Sauve qui poule organise une réunion d'information ce mardi à 20h30 à la salle polyvalente du Thor, elle a lancé une pétition.