Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les pharmacies de Moselle déjà à cours de vaccins contre la grippe

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe a commencé le 13 octobre, certains des 250 pharmaciens de Moselle tirent déjà la sonnette d'alarme. Les stocks sont déjà quasiment arrivés à bout en pleine seconde vague de Covid-19 et le ravitaillement n'est pas encore à l'ordre du jour.

A Metz, la pharmacie d'Eric Schiltz a déjà distribué ses 800 doses.
A Metz, la pharmacie d'Eric Schiltz a déjà distribué ses 800 doses. © Radio France - Arthur Blanc

Dans sa pharmacie du quartier de Plantières à Metz, Eric Schiltz a vidé son frigo ce vendredi. A l'intérieur, il avait stocké les 800 doses de vaccin contre la grippe qu'il avait préparées en vue du lancement de la campagne de vaccination. Celle-ci est en cours depuis le 13 octobre mais le dernier patient à pouvoir en obtenir une dans son officine est passé ce vendredi aux alentours de midi. "On est en fond de cuve", ironise-t-il. Mais comme une bonne partie des 250 pharmaciens de Moselle, il tire la sonnette d'alarme.

L'épidémie de Covid-19 en toile de fond

Si le vaccin contre la grippe, pourtant boudé en temps normal, connaît un si grand succès pour cette campagne de vaccination 2020, c'est parce qu'il y a un nouveau venu cette année chez les virus : le Covid-19. "Je pense qu'il y a une panique qui s'est installée. C'est-à-dire que le danger qui est annoncé, c'est la co-circulation des virus. Il faut donc d'abord se prévenir pour la grippe."

Des patients priorisés

En France, 15 millions de doses sont en circulation, dont 2 millions de réserve. Et alors que les patients s'enchaînaient, Eric Schiltz a dû les prioriser, tout le monde n'a pas pu avoir son vaccin. Les plus fragiles, ceux qui avaient un bon de l'assurance maladie, ont obtenu en priorité leurs doses. Problème : "les années précédents, il n'y avait pas 50% des gens qui utilisaient ce bon. En 2020, elles sont plus de 90%". Pour les autres, on les renvoie ailleurs, mais pas sûr qu'elles aient pu trouver de quoi se faire vacciner. Le ravitaillement des stocks n'est pas à prévoir dans l'immédiat : les deux laboratoires fabricants sont eux aussi en rupture.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess