Faits divers – Justice

Les pillages continuent sur les sites de la ligne Maginot, en Moselle

Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu dimanche 5 novembre 2017 à 9:03

A Dalstein, l'ouvrage du Michelsberg a été le premier des six sites ouverts au public pillé, c'était au mois de février. Depuis les vols continuent ailleurs. Un collectif a été fondé.
A Dalstein, l'ouvrage du Michelsberg a été le premier des six sites ouverts au public pillé, c'était au mois de février. Depuis les vols continuent ailleurs. Un collectif a été fondé. © Radio France - Jordan MUZYCZKA

Depuis le mois de février, les six sites mosellans de la ligne Maginot ouverts au public ont été pillés. Les responsables des ouvrages ont fondé un collectif et envoyé une quarantaine de courriers à des personnalités politiques.

Sur certains sites, les pillages sont dignes de professionnel. "Nous n'avions rien remarqué, pas une trace d'effraction", explique Yves Noël, le président de l'association en charge de l'ouvrage du Michelsberg, à Dalstein. Ailleurs, ils y sont allés avec moins de délicatesse. "A Veckring, ils ont broyé tous les coffrets électriques pour récupérer les métaux précieux comme le cuivre ou le bronze..."
Depuis février, les six sites ouverts au public en Moselle ont été pillés. Et les préjudices vont de plus de 10 000 à plus de 100 000 euros.

Les dégâts sont pour certains irréparables. On ne peut pas remplacer des éléments fabriqués en 1930, ils sont conçus de telles façons qu'ils sont uniques.

40 courriers, 3 réponses

Pour tenter d'enrayer cette spirale, les responsables des différents lieux ont fondé un collectif pour protéger ce patrimoine culturel national. Ils ont rédigé une quarantaine de missives. 40 courriers adressés, du premier ministre, Edouard Philippe, au préfet du Grand-Est; en passant par les élus locaux et même Stéphane Bern, l'animateur "monsieur patrimoine de la télévision".
"Nous avons reçu trois réponse", commence Yves Noël, qui peut difficilement cacher sa déception. "Deux députés, et le premier ministre... qui dit ne rien pouvoir faire."

Réparties sur 30 hectares, les galeries du Michelsberg sont un véritable labyrinthe. Creusées 30 mètres sous terre, elles forment une zone coupée du monde. - Radio France
Réparties sur 30 hectares, les galeries du Michelsberg sont un véritable labyrinthe. Creusées 30 mètres sous terre, elles forment une zone coupée du monde. © Radio France - Jordan MUZYCZKA

"C'est presque du mépris"

La déception cède le pas à la colère: "C'est sûr que nous n'avons pas le même nombre de visiteurs... mais on a des bénévoles [(40, ndlr)] qui œuvrent tous les jours. Et chacun voit sont travail fichu ."

C'est presque du mépris. Si demain quelque chose est volé au musée du Louvre, tout de suite les pouvoirs publics s'y intéresseront.

Construite au sortir de la Première Guerre mondiale, la ligne Maginot servait à défendre la France des envahisseurs voisins. En Moselle, elle accueille 100 000 touristes chaque année; 15 000, pour le seul ouvrage du Michelsberg.

Mais si auparavant les curieux pouvaient admirer les tourelles de défense, aujourd'hui, elles sont totalement à l'arrêt. Les pillards ont subtilisés neuf pièces de 100 kg chacune, rouages essentielles dans le mécanisme qui servaient à les activer. "Même nous, nous n'aurions jamais pensé les démonter, rien que pour les nettoyer, ça aurait été trop compliqué."

Cette dextérité inquiète les bénévoles du site, par peur de nouvelles visites imprévues. Des dispositifs de sécurité ont été rajoutés et la gendarmerie effectue quelques patrouilles supplémentaires. Mais cela dissuadera t-il les voleurs à frapper à nouveau? Pendant ce temps, l'enquête se poursuit.