Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les plaintes pour violences sexuelles ont fortement augmenté en 2018

-
Par , France Bleu

Les plaintes pour violences sexuelles ont été en forte hausse l'an dernier. C'est ce que révèle le bilan du ministère de l'Intérieur publié jeudi soir. Cela signifie que de plus en plus de femmes osent parler des violences qu'elles subissent, dans le sillage des mouvements #Metoo et #balancetonporc.

Lors d'une manifestation contre les violences faites aux femmes, en novembre dernier.
Lors d'une manifestation contre les violences faites aux femmes, en novembre dernier. © Maxppp - Christophe Morin

Le bilan statistique du ministère de l'Intérieur pour l'insécurité et la délinquance en 2018 montre une "forte hausse" des violences sexuelles, dans le sillage du mouvement #Metoo. Cela ne signifie pas forcément qu'il y a plus de victimes, mais que les femmes victime de ce type de violences portent davantage plainte.

Plaintes pour viols en hausse de 17%, pour agressions sexuelles en hausse de 20% 

Les plaintes pour viols ont augmenté de près de 17% et celles pour agressions sexuelles ont bondi d'environ 20%, a rapporté le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) dans son bilan annuel. 

Un contexte de "libération de la parole" et une "prise de conscience collective" 

"Le nombre plus élevé de victimes de violences sexuelles (...) procède sans doute à la fois d'une plus grande révélation des faits et d'un abaissement du seuil de tolérance à ce type de violences", note le rapport. Il évoque un "contexte de libération de la parole et de prise de conscience collective des violences faites aux femmes né de l'affaire Weinstein qui a éclaté en octobre 2017 et du mouvement #MeToo qui s'en est suivi".

Mais malgré leur hausse, les plaintes pour violences sexuelles restent bien en-deçà du nombre de victimes, selon les enquêtes de victimation. Dans l'ensemble, seule une victime de violences sexuelles sur huit (moyenne au cours de la période 2011-2017) a déposé plainte dans un commissariat ou une gendarmerie, rappelle ainsi le SSMSI.

Pour Caroline de Haas, "les plaintes sont prises plus au sérieux"

Pour la militante féministe Caroline de Haas, interrogée par franceinfo, ces statistiques sont le signe que "la société est en train de bouger de manière extrêmement rapide. C'est le signe que les femmes vont beaucoup plus qu'avant porter plainte." Pour elle, "sans doute que leurs plaintes sont prises plus au sérieux. Donc la société est en train de changer dans son regard sur les violences sexistes et sexuelles. On les prend plus au sérieux et les victimes arrivent plus à les détecter.

Lorsqu'on était victime d'une agression sexuelle il y a 5 ou 10 ans,  on ne mettait pas forcément le mot agression sexuelle dessus" - Caroline De Haas

La militante a détaillé cette évolution : "Lorsqu'on était victime d'une agression sexuelle il y a 5 ou 10 ans,  on ne mettait pas forcément le mot agression sexuelle dessus. Aujourd'hui, plus qu'avant, on connaît les faits, on est capable de les définir et d'en comprendre la gravité."

   - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu