Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les policiers se rassemblent partout en France après plusieurs suicides

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Les policiers se sont rassemblés partout en France ce vendredi à la mi-journée en hommage aux victimes d'une vague de suicides dans les forces de l'ordre. Le ministre de l'Intérieur a promis de les recevoir le 29 avril.

Une trentaine de policiers se sont recueillis à la mémoire de leurs collègues
Une trentaine de policiers se sont recueillis à la mémoire de leurs collègues © Radio France - Emmanuel Claverie

Paris, France

L'ensemble des syndicats de police avait appelé à des rassemblements vendredi matin après deux nouveaux suicides de policiers, jeudi, à Paris et à Montpellier. Partout en France, des fonctionnaires se sont donc réunis de 11h30 à midi, "devant leurs services respectifs en hommage" aux collègues décédés. 

À Montpellier, 400 policiers se sont recueillis dans le silence, durant 30 minutes, devant l'Hôtel de Police où une capitaine de 48 ans a mis fin à ses jours avec son arme de service jeudi. Ils étaient une centaine à Bordeaux, à Grenoble, à Nantes, à Marseille, à Nancy, à Tours, à Saint-Etienne et Roanne, plus de 70 dans les Landes, à Dijon, 60 au Mans, une cinquantaine à Clermont-Ferrand, à Limoges, à Nice, à Poitiers, à Pau, à La Rochelle, une quarantaine à Chambéry, une trentaine à Valence et Périgueux, une vingtaine à Laval. À Paris, policiers et représentants syndicaux se sont notamment retrouvés devant la direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN) mais aussi devant des locaux de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) à laquelle appartenait l'agent qui s'est suicidé jeudi, à son domicile.

"Les journées dramatiques s'enchaînent à un rythme insoutenable et jamais connu", estime l'intersyndicale qui a demandé à être reçue "en urgence" par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

28 suicides depuis le début de l'année

Selon l'intersyndicale qui regroupe les représentants des divers corps de la police, 28 policiers se sont donné la mort depuis le début de l'année. "Le plan de lutte contre les suicides dans la police doit devenir une cause nationale et être décrété priorité ministérielle", a réclamé l'intersyndicale de la police dans un communiqué. 

Vendredi dernier, Christophe Castaner, avait annoncé la création d'une "cellule alerte prévention suicide" pour la police nationale. Elle sera installée le 29 avril et le ministre de l'Intérieur recevra les syndicats dans la foulée. Il a promis de "mettre les bouchées doubles" pour lutter contre ces situations dramatiques. Piloté par une inspectrice générale de l'administration, Noémie Angel, cette cellule de prévention comprendra un officier de police et le professeur de psychiatrie, Jean-Louis Terra.

  - Visactu
© Visactu -