Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les policiers de Montpellier arrêtent le suspect d'un meurtre neuf ans plus tard

dimanche 28 janvier 2018 à 16:52 Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault

La police de Montpellier a arrêté ce mardi 23 janvier un troisième homme dans l'enquête sur le meurtre de Luis Berna. Le 21 juin 2009, celui qu'on surnommait Luisito est retrouvé dans sa chambre de Madalena en Espagne, battu à mort. Le suspect vivait à Perpignan.

Justice (illustration)
Justice (illustration) © Radio France - Yves Salvat

Montpellier, France

Presque neuf ans après un meurtre en Espagne, les policiers de Montpellier arrêtent un troisième suspect. Un homme de 36 ans, Simon Mihai d'origine roumaine. Il vivait à Perpignan depuis quatre ans avec femme et enfants.  

Il est soupçonné d'avoir tué Luis Berna en 2009, à Madalena, un village à côté de Saragosse en Aragon (Espagne). Le 21 juin 2009, le corps de la victime avait étéretrouvé dans sa chambre, battu à mort. 

Trahi par des écoutes téléphoniques

En décembre dernier, deux premiers suspects sont arrêtés. Ce sont eux qui dénoncent le troisième homme, interpellé ce mardi 23 janvier par le groupe de recherche des fugitifs du service régional de police judiciaire de Montpellier (SRPJ). 

Il serait l'organisateur d'un trafic de stupéfiants qui aurait mal tourné

L'homme est ensuite trahi par des écoutes téléphoniques puis une surveillance physique des forces de l'ordre françaises et espagnoles. Il était visé par un mandat d'arrêt européen.  

Aujourd'hui en prison, il doit être présenté devant la cour d'appel de Montpellier, pour l'exécution de ce mandat d'arrêt européen.  Une manière d'accélérer les procédures judiciaires d'un pays à l'autre, pour permettre à la justice espagnole de l'entendre plus rapidement.