Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Les policiers de Moselle expriment leur ras-le-bol face aux agressions

mardi 9 janvier 2018 à 19:14 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Une centaine de policiers étaient rassemblés devant plusieurs commissariats de Moselle, ce mardi, à l'appel du syndicat Unité SGP-FO. Sur France Bleu Lorraine, le syndicat UNSA Police en Moselle parle des violences, comme "le quotidien des policiers partout en France".

Faible mobilisation des policiers, ce mardi, devant le commissariat de Metz
Faible mobilisation des policiers, ce mardi, devant le commissariat de Metz © Radio France - Clément Lhuillier

Moselle, France

A Metz, l'appel à la mobilisation n'a pas attiré la foule. A peine une quinzaine de policiers en civil ont pris place, ce mardi midi, sur les marches de l'Hôtel de Police, derrière les drapeaux du syndicat Unité SGP-FO.  Les fonctionnaires étaient plus nombreux à Sarreguemines et Forbach (40) ou même à Thionville (15 à 20) selon les responsables syndicaux. 

Des rassemblements, comme dans d'autres villes de France, pour dénoncer les violences à l'encontre de policiers ces derniers jours, comme à Champigny-sur-Marne, la nuit du jour de l'an, où à Aulnay-sous-Bois le lendemain. 

Ces agressions sont devenus banales. On s'attaque facilement à un policier, un pompier, tous ce qui représente l'Etat... (Fabrice Marseu, secrétaire départemental adjoint Unité SGP-FO de Moselle)

Le syndicat réclame des réponses judiciaires plus fermes pour les délinquants : une juridiction spécifique, des peines minimales, davantage de sévérité vis à vis des récidivistes. 

"Ce sont des situations qui peuvent se présenter à Metz et ailleurs en Moselle. Si nous n'avons pas atteint un tel degré de violence, c'est quelque chose à craindre" déplore Wilfried Antoine, responsable du syndicat UNSA police en Moselle, invité de France Bleu Lorraine ce mercredi. 

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a promis mardi, lors de la cérémonie de voeux du syndicat Unsa police à Paris, "une réponse forte". Il recevra cet après-midi les représentants des syndicats de police.