Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les policiers de Savoie mobilisés après les propos d'Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Action éclair ce vendredi à l'initiative du syndicat Alliance Police dans la cour du commissariat de Chambéry. Les policiers se sentent "abandonnés par l'État".

Dans la cour du commissariat de Chambéry ce vendredi
Dans la cour du commissariat de Chambéry ce vendredi © Radio France - Christophe Van Veen

Une trentaine de policiers de Savoie se sont mobilisés dans la cour du commissariat de Chambéry, ce vendredi à 11 h 30. Initiative du syndicat Alliance qui a déployé une banderole géante "Abandonnés par l'Etat" et fumigènes.  

"Les propos du chef de l'État ont choqué l'ensemble des policiers" - Emmanuel Courtois Alliance Savoie

Les policiers ont voulu marquer leur colère après les déclarations du président Emmanuel Macron dans le média internet "Brut ": le chef de l'Etat promet une plateforme internet où le citoyen pourra dénoncer les contrôles au faciès des forces de l'ordre. 

"Inadmissible ! " pour Emmanuel Courtois. Le responsable d'Alliance en Savoie considère que "le chef de l'État accuse la Police d'être raciste et violente. Ce qui est faux." Quand on fait remarquer que ce ne sont pas les propos du Président, le syndicaliste rétorque : "Cela a été compris comme ça. Et ça choque l'ensemble des policiers dans tout le pays. On a donné la parole aussi à des gens qui sèment le chaos tous les samedi sous prétexte de la loi sécurité. On exige une reconnaissance de la part du Président."

Emmanuel Courtois se dit prêt à d'autres actions. Son syndicat ne participera pas au "Beauvau de la sécurité" au début de l'année pour ne pas cautionner "des mesurettes". "Avant d'entamer des discussions, il doit y avoir des marques de respect pour notre police."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess