Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les policiers déposent symboliquement leurs menottes à Toulon

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Au lendemain d'une action similaire à Nice, une quarantaine de policiers a déposé leurs menottes ce jeudi en début d'après-midi à Toulon. Un geste symbolique pour exprimer leur inquiétude face à la stigmatisation dont ils estiment être victimes.

Les policiers déposent symboliquement leurs menottes à Toulon
Les policiers déposent symboliquement leurs menottes à Toulon - Alliance

L'action n'a duré que quelques minutes, mais elle est lourde, symboliquement. Les menottes d'une quarantaine de fonctionnaires de police ont été déposées ce jeudi en début d'après-midi place de la Liberté à Toulon. Puis les policiers se sont retournés, faisant dos à leur paire de menottes et ont formé une grande ligne.

Une action qui intervient au lendemain de celle de leurs collègues niçois. "Par ce geste, les collègues marquent leur ras-le-bol face à la stigmatisation et aux amalgames engendrés par les déclarations de certains groupuscules qu'on entend ces derniers temps" détaille Sébastien Soulé, secrétaire départemental pour le syndicat Alliance

"Les collègues se sentent lâchés par tout le monde"

Mais cette action symbolique est aussi là pour faire part de l'inquiétude des policiers après les déclarations du ministre de l'Intérieur à propos de la fin de la prise d'étranglement. "Cela n'est pas pour légitimer la violence, mais il y a la réalité du terrain et les fonctionnaires y sont confrontés à longueur de temps. On ne peut pas tout interdire.

Et ça va être compliqué de faire, si à chaque fois que quelqu'un part, on est censé le retourner pour qu'il tombe du bon côté. On ne pourra jamais interpeller personne. Il y a de l'inquiétude, de l’écœurement. Les fonctionnaires se sentent lâchés par le ministre de l'Intérieur qui est le premier policier de France. Et vu ses déclarations, ils se sentent lâchés par tout le monde" conclut le syndicaliste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess